Accéder au contenu principal

Le ver à soie, Robert Galbraith

Ed. Grasset, traduit de l'anglais (GB) par Florianne Vidal, novembre 2014, 576 pages, 21.5 euros

Du rififi chez les écrivains.

Cormoran Strike est sur le point de rembourser toutes ses dettes. La résolution du meurtre de Lula Landry (L'appel du coucou, novembre 2013) lui a valu une telle notoriété qu'il se trouve désormais débordé. Son quotidien se résume à la surveillance des maris ou des épouses adultères fortunés. Certes, ça paye, mais il a l'impression de ne servir que les intérêts de personnes qui n'ont que le mot argent à la bouche. Alors, quand Leonora Quine, avec sa mise simple, ses cheveux gris, entre dans son bureau pour lui demander simplement de retrouver son époux pour qu'il rentre à la maison, Strike éprouve de la compassion et accepte.
Léonora est la femme d'un écrivaillon, un certain Owen Quine, auteur jadis remarqué du Pêché du Hobart, mais surtout reconnu pour être un trublion dans le monde de l'édition et un casse-pied fini. Ce n'est pas la première fois qu'il fuit le domicile conjugal pour prendre du bon temps avec une de ses maîtresse, mais cette fois-ci, il n'est pas rentré. Cette attitude est d'autant plus surprenante que Leonora n'est pas seule avec lui; en effet, ils gardent leur fille, Orlando, handicapée mentale, mais surtout Quine était sur le point de faire éditer un roman sulfureux, une petite bombe littéraire intitulée Bombyx Mori, "un fratras amphigourique et souvent obscène", dans lequel les personnages codés représentent tous des personnages véritables.
"Bombyx Mori était une version abâtardie du Voyage du pélerin. L'action se déroulait dans un pays imaginaire mais haut en couleur. Le héros éponyme (un écrivain de génie) quitte son île natale, remplie de crétins incapables de reconnaître son talent, pour entreprendre un genre de voyage initiatique vers une contrée lointaine."

Quelques épreuves parviennent à des personnes bien intentionnées quand, au même moment, on retrouve le corps outragé de Quine, dans une position insolite et sinistre, le tueur ayant veillé à une véritable mise en scène théâtrale. Pour Strike, la vérité se cache forcément entre les lignes du roman, et donc forcément chez l'éditeur et tout ce qui gravite autour...
Cependant, l'enquête se révèle délicate: son moignon le fait souffrir, Londres et le Royaume-Uni subissent une tempête de neige, et Robin, la secrétaire doit bientôt se marier. Enfin, pour couronner le tout, Charlotte, son ex, elle aussi sur le point de s'unir, recommence à lui envoyer des SMS...

En lisant Le ver à soie, on ne s'ennuie jamais. Tout est impeccablement orchestré, balisé, cohérent, et les personnages secondaires ajoutent du pep's à l'ensemble. De plus, le duo Strike-Robin évolue. On ne parle pas encore de couple, mais le lecteur sent que ces deux-là s'apprécient beaucoup et se protègent l'un l'autre. Ainsi Strike ne peut évoluer sans Robin et Robin sans Strike.
Le titre est un indice, une métaphore littéraire concernant l'écrivain " qui doit souffrir le martyre pour obtenir un bel ouvrage".
Enfin, Robert Galbraith (J.K Rowling) n'épargne pas le milieu éditorial et son climat malsain: coup bas, hypocrisie, amitiés faussées, argent.

Un pur plaisir de lecture!

Posts les plus consultés de ce blog

Birthday Girl, Haruki Murakami

La nouvelle, parue une première fois en 2008 dans le recueil Saules aveugles, femme endormie (Belfond, traduction Hélène Morita) raconte l'étrange anniversaire de la narratrice, le jour de ses vingt ans.

Vingt ans, c'est un cap, c'est le basculement vers l'âge adulte, la fin de l'adolescence. La narratrice l'a bien compris, et pour éviter de trop penser, elle a décidé de faire de son jour d'anniversaire un jour comme les autres. Au lieu de prendre une journée de congé, elle préfère effectuer son travail de serveuse, comme les autres jours de l'année.
Dans le restaurant italien où elle travaille, elle fait maintenant partie des murs, et elle sait comment faire pour ne pas attirer les foudres de son patron. L'ambiance n'est pas des plus géniales, mais au moins on la laisse tranquille ; n'empêche il y flotte comme une atmosphère empreinte d'étrangeté, symbolisée par celle qui trône à la caisse :
"On murmurait qu'elle siégeait là san…

L'Eté de Katya, Trevanian

Récit d'un amour malheureux durant le dernier été avant la Grande Guerre, L'été de Katya est aussi un thriller psychologique qui amène inexorablement le lecteur vers un épilogue dramatique. Jean-Marc Montjean est revenu sur Salies, petit village du Pays Basque d'où il est originaire, après avoir fait ses armes à Paris en tant que médecin. Il assiste le docteur Gros, figure locale et coureur patenté. A Salies tout le monde se connaît, et les rumeurs vont toujours bon train. Depuis quelques temps, la famille Treville est venue emménager à Etcheverria, une propriété quasiment à l'abandon. On sait peu de choses d'eux sinon qu'ils sont très discrets.
"Ce premier coup d’œil, par-dessous mon canotier, fut distrait et rapide, et je replongeai dans mes pensées. Sauf que, presque immédiatement, mon regard fut de nouveau attiré."
Lors d'un après midi à révasser, Jean-Marc croise une ravissante jeune fille qui lui demande de l'aide : son frère est tombé en…

Si un inconnu vous aborde, Laura Kasischke

Dans ce recueil de textes courts, Laura Kasischke déploie tout son talent déjà apprécié dans ses romans : celui de mettre en place le malaise, de suggérer l'indicible sans le confirmer, bref d'emballer notre imagination...
Méfions-nous ! Tout ce qui paraît à première vue normal ne l'est peut-être pas ! La normalité n'est qu'un miroir sans teint qui cache de douloureux secrets ou des comportements "border line".
Dans un Midwest englué de chaleur ou gelé, Laura Kasischke rentre dans l'intimité de personnes dont la vie va basculer. Ces gens pourraient être vous ou moi, et c'est ce qui rend ces nouvelles familières pour le lecteur.

« Ici, pas besoin de rappeler aux gens de s’occuper de leurs affaires. On pouvait bien agoniser sur la pelouse, ils étaient du genre à tirer poliment les rideaux pour ne pas nous offusquer en remarquant quoi que ce soit. C’était le genre de banlieue où, tous les dix ans environ, se produisait quelque chose d’abominable. Déco…