RUE DES ALBUMS (67) La dictature des petites couettes, Ilya Green

Ed. Didier Jeunesse, octobre 2014, 48 pages, petit format, 11.1 euros
Collection La série des Olga

Le diktat de la beauté


Quelle aubaine! Olga, Sophie et Ana ont trouvé un coffre rempli de costumes! C'est l'idéal pour remplir un après-midi qui s'avérait bien morne. A côté d'eux, Gabriel ne semble pas aussi enthousiaste, concentré par son coloriage.
Les filles se déguisent, mais bien vite le ton monte: Sophie est persuadée d'être la plus belle:
"C'est MOI la plus belle! En plus, ma robe y'a des petites étoiles..."
et pour couronner le tout, comme elle porte des couettes, les oreilles de chat d'Ana et les frisettes d'Olga ne peuvent pas rivaliser!
De ce fait, pour calmer la petite, Olga propose un concours de beauté. Cette idée a au moins le mérite de tirer Gabriel de son coloriage, car lui aussi propose de participer. Sauf, qu'une fois de plus, Sophie n'est pas d'accord: non seulement il ne porte pas de couettes, et en plus c'est un garçon, alors!
"Ah non Gabriel! Les garçons ne peuvent pas être beau! En plus pour être beau, il faut des petites couettes comme ça!"
Tant pis, il participe quand même, accompagné du chat gris. Les trois amies vont les déguiser selon leurs goûts et leurs critères de beauté:
"Les belles couleurs c'est par exemple le rose, le violet, le brillant... mais le gris, c'est pas beau!"
Aux fourmis et à l'oiseau, membres du jury, de désigner qui sera la reine ou le roi de beauté!

En partant d'une situation banale, Ilya Green explore les stéréotypes et autres idées reçues des enfants sur la beauté. Ainsi, pour être beau, il faut être une fille, porter du rose et avoir des cheveux assez longs pour faire des couettes! Oui, mais ce sont des critères de filles, et ils n'ont rien à voir avec la perception de la beauté chez les garçons, chez les fourmis, ou l'oiseau.
Avec humour, l'illustratrice décortique ces belles idées: le chat devient rose; Gabriel porte des couettes.... Et le ridicule dans tout ça?
D'où les questions émergentes: c'est quoi être beau? Faut-il plaire à tout prix? Faut-il ressembler aux autres pour être beau?
Dès lors, subtilement, cet album amène l'enfant vers un constat: à chacun sa conception de la beauté, pourvu qu'on se sente bien!

La dictature des petites couettes est un album idéal pour aborder la théorie du genre, et rectifier les idées reçues afin, pour plus tard, ne pas être influencé par les impératifs de la mode du moment. Les illustrations, très colorées et centrées sur les personnages, sont très expressives si bien que l'histoire peut se comprendre sans le texte.

Cela me rappelle l'expression favorite du maître de maternelle de ma fille qui aimait répéter aux gamines, en souriant: "le rose, c'est beurk!"

A lire et à partager.

A partir de 5 ans