La fille mirage, Elise Broach

Ed. du Rouergue, collection Doado Noir,  traduit de l'anglais (USA) par Etaïnn Zwer, mars 2013, 336 pages, 15 euros

Prise de conscience.




Lucy et Jamie doivent rejoindre leur père à Phoenix pour une semaine de vacances. Pour l'occasion ils emmènent le meilleur ami de Jamie, Kit, dont la seule perspective de quitter ses parents lui fait un bien fou.
Les voilà partis pour un voyage de deux jours à travers les zones désertiques du Nouveau Mexique. Dans la voiture, la température est aussi insupportable qu'à l'extérieur, et en plus, Lucy doit temporiser avec l'humour douteux de ses deux acolytes. La route est déserte, une large bande d'asphalte en ligne droite qui vient couper en deux le paysage, parfois agrémentée d'un resto route pour automobilistes fatigués...
Alors, quand les jeunes voient des nuages sombres s'amonceler au-dessus de la route, puis déverser de grosses gouttes de pluie, ils se disent enfin qu'ils vont pouvoir souffler, respirer un peu d'air frais, même si la perspective de « fendre un océan, sombre et noir », les inquiète un peu.

« C'est à ce moment là qu'on l'a senti.
Un choc sourd.
Puissant, mais qui sonnait creux, aussi. Une sorte d'onde de transmission, étouffée, quand la voiture a heurté quelque chose. »

Autant les garçons sont persuadés avoir heurté un coyote et ne jugent pas utile de faire demi-tour, autant Lucy croit dur comme fer que c'est bien plus grave que cela. En effet, elle pense avoir vu une silhouette humaine au bord de la route. Jamie écoute sa sœur, et retourne sur les lieux du choc. Là, dans le fossé, gît une jeune fille d'une vingtaine d'années, morte à coup sûr, sans pour autant porter de traces de collision sur le corps.
« Il y a des moments où tout bascule, et de manière si soudaine, un battement de cils, à peine le temps de reprendre son souffle. Comme si il y avait une ligne entre avant et maintenant, et que vous pouviez sentir le moment exact où vous la franchissez, et vous ne voulez pas la franchir parce que vous savez qu'il n'y aura pas de retour en arrière possible. »
Choqués, persuadés qu'ils sont les meurtriers involontaires, les trois adolescents cherchent une maison afin de prévenir les autorités. Ils arrivent chez Beth, quadragénaire dynamique, artiste sculptrice, qui les accueille et les prend en charge le temps de l'enquête. Les vacances à Phoenix sont avortées puisqu'ils sont devenus témoins oculaires de l'affaire !

A ce stade du roman, le récit s'éloigne de plus en plus du polar, pour devenir une intrigue plus sentimentale centrée sur les émotions des trois protagonistes, qui, le temps de l'enquête, vont se découvrir, mûrir, grandir.
« La femme avait été vivante et, maintenant, elle était morte. Et entre ces deux moments, il n'y avait rien, à part nous. »
Trouver les circonstances exactes de la mort de la jeune femme devient une obsession pour Lucy. Elle emmène à ses côtés Kit, alors que ces deux-là ont bien du mal à s'entendre. Justement, ces moments privilégiés dans un contexte difficile vont leur permettre de réviser leur opinion commune. Quant à Jamie, il est touché de plein fouet par le coup de foudre. En effet, Beth et lui filent le parfait amour, même si sa sœur voit d’un mauvais œil cette idylle avec une personne qui pourrait être sa mère !
Et pendant ce temps, l'homme à la camionnette bleue croise plusieurs fois le chemin des enquêteurs en herbe...

Elise Broach propose un roman plaisant dont la particularité est de tenir le lecteur en haleine grâce à une double intrigue. Alors que le récit commence par une scène sordide qui présage un polar dans la plus pure tradition du genre,  il bifurque ensuite vers le roman typiquement ado centré sur les émois du cœur, sans pour autant en oublier la trame de départ. Ainsi, l'auteur a su mélanger habilement les genres, sans que le lecteur souffre de lire des invraisemblances qui auraient pu nuire à la cohérence du récit.
La fille mirage, cette pauvre victime inconnue, abandonnée au bord d'une route désertique, deviendra, le temps d'une semaine, celle qui aura permis à trois jeunes personnages de prendre la mesure de toute chose et d'être enfin en accord avec eux-mêmes et leurs sentiments.

A découvrir à partir de 13 ans.



Posts les plus consultés de ce blog

ZERO K, Don DeLillo

Le Gardien des choses perdues

Une Chance minuscule, Claudia Piñeiro