Histoires d'un raisonneur, Fernando Pessoa

Ed. Christian Bourgois, septembre 2014, traduit de l'anglais par Christine Laferrière, 218 pages, 15 euros.

Comment résoudre une affaire en restant dans son fauteuil...


Grâce à ces quatre nouvelles policières écrites en anglais, Fernando Pessoa met en pratique sa théorie sur le genre policier, expliquée dans son essai (en fin du recueil) selon laquelle le détective doit être avant tout un raisonneur, car c'est à partir de  la connaissance du caractère et du tempérament des témoins de l'affaire qu'il construit ses arguments pour résoudre l'intrigue. Ainsi, l'affaire criminelle se résout sans preuves véritablement matérielle, prouvant la supériorité de l'intelligence sur le reste.
William Byng, ex sergent et détective amateur est l'incarnation parfaite du raisonneur. Son ami Thomas, le narrateur des quatre récits, est subjugué par la capacité de réflexion et d'analyse de cet homme. En effet, sans sortir de chez lui, il est capable de résoudre une énigme dont parfois il n'existe aucune information susceptible de faire avancer le raisonnement.

"C'est le raisonnement du détective qui constitue l'intrigue de l'histoire policière; non, comme beaucoup l'ont imaginé, le crime conduisant au travail du détective."
Alors, William Byng s'intéresse surtout au tempérament de celle ou celui qui se trouve au centre de l'histoire qu'on vient lui rapporter. Car selon que le tempérament sera de nature grossière, semi-grossière ou intellectuelle,elle aiguillera le détective vers une première piste. De ce fait, il convient de penser que la plupart des meurtriers sont épileptiques, déclarés ou latents.
Ainsi, dans l'affaire de l'équation quadratique, le professeur, connu pour son tempérament froid et rationnel s'avère être un fou épileptique qui cache bien son jeu. Cependant, Byng pense qu'entre son raisonnement et le meurtrier, le fossé n'est pas si grand:
"Le génie, c'est la folie appliquée. Mon raisonnement, c'est la folie appliquée."

A chaque fois, l'auteur privilégie la démarche du raisonneur à celle froide des faits. Dès lors, étape par étape, le narrateur explique le cheminement de Byng pour aboutir à la résolution du problème, au point que certains passages peuvent sembler longs et redondants.
"La méthode est bien sûr celle du doute initial, bene dubitare, comme le disait même le vieux Thomas d'Aquin."
Néanmoins, on ne peut être que stupéfait à chaque fois par la démarche et l'extraordinaire capacité de réflexion de l'enquêteur sans cesse renouvelée à chaque enquête présentée, toutes différentes les unes des autres. On est censé retrouver, en filigrane,les influences de Poe et Conan Doyle que Pessoa aimait tout particulièrement.

Histoires d'un raisonneur sont des textes de jeunesse, très souvent incomplets et répétitifs, mais toujours suffisants à une compréhension d'ensemble. L'éditeur l'inscrit en complément d'un livre précédent, Quaresma déchiffreur, (Christian Bourgois, 2010) dans lequel Pessoa décrivait déjà sa théorie sur la supériorité du raisonnement par rapports aux éléments matériels.
De par la méthode, les récits de ce recueil sont novateurs et attireront l'attention des inconditionnels de l'auteur.

Posts les plus consultés de ce blog

Le Gardien des choses perdues

RUE DES ALBUMS (126) Le bain de Berk, Julien Béziat

Une Chance minuscule, Claudia Piñeiro