RUE DES ALBUMS (61) Le renard perché, Quitterie Simon et Magali Dulain

Ed. Casterman, août 2014, 32 pages, 13.95 euros

L'amitié au delà des différences.


On est d'abord frappé par la sérénité qui se dégage des illustrations. Les couleurs sont vives et l'alternance de gros plans avec des plans plus larges donnent une impression de lenteur comme si le temps s'était arrêté. Dès lors, le lecteur entre dans un processus de mise en attente.
Justement, l'attente est un des thèmes de cet album. En effet, un petit garçon découvre par hasard un renard perché sur un arbre. La scène est d'autant plus rocambolesque qu'un renard ne se hisse jamais sur les branches, et que ce dernier a l'air d'attendre quelque chose:
"J'ai rencontré un renard, perché dans un arbre. 
Cela m'a étonné!
Les renards, habituellement, se cachent dans les champs, dans les épis de blé, les fourrés; ils habitent des terriers."
La bête ne se cache pas, trop occupée à scruter l'horizon, immobile, aux aguets. Il n'entend même pas le petit garçon grimper et venir le rejoindre. S'ensuit alors un dialogue entre les deux personnages, une découverte de chacun, où le renard semble être timide. Il murmure, il marmonne, il chuchotte, mais il répond aux interrogations de l'enfant: il attend un ami mais il ne sait pas quand celui-ci va arriver...
A force de rester sur l'arbre, le renard a oublié de se nourrir, alors l'enfant décide de s'occuper de lui:
"J'ai eu une idée: je suis descendu de l'arbre pour chercher des framboises, des pommes et des épis de blé."
Ainsi, l'animal peut attendre tranquillement en partageant son repas avec le petit curieux. Pourtant, cet ami fantôme n'arrive toujours pas malgré le temps qui passe, les intempéries et le froid. Mais, le garçon reste néanmoins aux côtés du renard pour le soutenir, et se réchauffe à son pelage roux flamboyant et "si douillet":
"Alors, j'ai plongé mes mains dans ses poils chauds et doux. Comme j'étais bien!"
Ensemble désormais, ils regardent dans la même direction, vers le même horizon, se comprenant à l'unisson...

De ce renard qui attend se dégage un sentiment de sérénité et de bienveillance, en adéquation avec la beauté du paysage où il a décidé d'attendre son nouvel ami. La réserve du renard s'oppose à la vivacité et la curiosité de l'enfant, mais on comprend tout de suite que ces deux êtres se complètent admirablement. Le dialogue difficile au début, devient plus fluide par la suite, auquel s'ajoutent  des regards qui en disent long sur l'amitié qui est en train de naître. Les dessins de Magali Dulain sont à la fois oniriques et inscrits dans la réalité, donnant ainsi corps à cette histoire forcément improbable mais pourtant si belle.
Enfin, le texte de Quitterie Simon invite à la réflexion sur l'amitié et démontre que cette dernière ne se fait pas tout de suite. Patience, gentillesse et altruisme sont nécessaires pour la construire sur de bonnes bases et aller ainsi au-delà des différences. La fin, logique, a besoin de peu de mots, tant elle a été portée par les phrases précédentes.
Le renard perché est un album magnifique aussi bien sur le contenant que sur le contenu, dont le grand format invite à parcourir les pages encore et encore.

A  partir de 4 ans.

Posts les plus consultés de ce blog

ZERO K, Don DeLillo

Le Gardien des choses perdues

Une Chance minuscule, Claudia Piñeiro