Ma tante est un cachalot, Anne Provoost

Ed. Alice, collection Deuzio, traduit du néerlandais par Emmanuèle Sandron, octobre 2013, 315 pages, 14.5 euros


Douloureux secret.

 




Anna vit avec ses parents à Cape Cod, dans une villa au bord de la plage. La vie s'écoule paisiblement entre l'école, les promenades sur le sable et les intrusions avec son ami David, dans la maison voisine abandonnée, où, d'après la légende du coin, un enfant y aurait disparu, mangé par la sorcière Goody Hallett .
Seulement, un beau jour, cette villa pleine de mystères est remise en location, et c'est sa cousine Tara et ses parents Tania et Anton qui s'y installent. Tara est une enfant étrange, l'antithèse de Anna : autant cette dernière croque la vie à pleines dents, autant Tara est bizarre, renfermée, agressive :
« Tania n'était pas insolente ou méchante, mais elle allait à contre-courant . Tout le monde l'évitait. Ce qui m'intriguait, c'est qu'elle ne pleurait jamais, même quand on la repoussait et qu'on la chassait. Comme si elle s'y attendait et qu'elle trouvait ça normal. »
En effet, la nouvelle famille installée ne semble pas heureuse : Tania est dépressive et semble rejeter sa fille ; quant à Anton, il est trop enjoué, trop protecteur aussi vis à vis de la petite. Enfin, Tania, entre deux crises ou deux méchancetés tient pour le moins des propos étranges, et se raccroche à des superstitions afin de se sentir protégée :
«  Quand je porte du rouge, il ne peut rien vous arriver, a-t-elle déclaré d'une voix grave (…) Rouge ça veut dire STOP. C'est pour ça que c'est ma couleur préférée. »

Un matin, un banc de baleines pilotes vient s'échouer sur la plage de Cape Cod. Une jeune scientifique va venir s'installer dans la villa délabrée afin de comprendre pourquoi les mammifères se sont retrouvés là, et surtout leur venir en aide. A cette occasion, les jeunes filles vont se passionner pour cette histoire. En se documentant, Tara va découvrir que ces baleines ont des points communs avec sa famille :
« Les femelles protègent les jeunes contre les mâles, qui peuvent s'avérer très agressifs . »
Dès lors, cette nouvelle passion va lui ouvrir la voie vers l'acceptation et la révélation de son terrible secret familial.

Anne Provoost aborde le thème tabou et douloureux de l'inceste avec tact et délicatesse. Tara est une chrysalide qui a besoin des autres pour devenir papillon et s'envoler. Petite rousse aux cheveux filasses, elle préfère être méchante et antipathique, comme si cette attitude était une carapace protectrice .
A son âge, le secret est trop lourd à porter et l'empêche de vivre sa vie de gamine :
« Parfois, il y a de choses que tu veux oublier tellement fort que tu n parviens pas à t'en souvenir quand tu veux en parler. J'avais peur que ma mère fasse une nouvelle dépression. »
Souffrir pour protéger les autres, souffrir pour ne plus penser à faire la différence entre ce qui est mal ou bien ; bref, souffrir jusqu'à se couper les cils pour que son propre père arrête d’être admiratif à propos de la beauté de son regard.

Ma tante est un cachalot est un roman puissant, intelligent, qui utilise une intrigue originale en incluant la thérapie et l'acceptation de soi en filant la métaphore par l'étude des baleines pilotes, pour aborder un thème qui ne dit pas son nom, qui n'est jamais cité dans le texte,mais dont la violence transpire à toute les pages.

A découvrir et conseiller.

A partir de 13 ans.


Posts les plus consultés de ce blog

Le Gardien des choses perdues

RUE DES ALBUMS (126) Le bain de Berk, Julien Béziat

Une Chance minuscule, Claudia Piñeiro