En attendant la montée des eaux, Maryse Condé

Ed. Pocket, mars 2013, 314 pages, 7.3 euros

Les racines haïtiennes


Une nuit, Babakar, obstétricien, est appelé au chevet de Reinette, immigrée clandestine Haïtienne morte en couches. Il recueille le bébé en bonne santé et décide de l'adopter lui dont la vie ne lui a jamais offert la chance d'être père. En effet, Babakar est né au Mali, pays de son père. Il y a vécu jusqu'à ce que les bouleversements politiques et les violences récurrentes l'en éloignent et le font partir en Guadeloupe, pays d'origine de sa mère.
A la demande de Movar, compagnon d'infortune et de misère de Reinette, Babakar décide d'emmener son bébé, Anaïs, en Haïti, à la découverte de ses racines. Là bas, il va y découvrir des personnages attachants et hauts en couleurs qui survivent au sein d'un paysage magnifique gangréné lui aussi par les délires politiques et les récurrences de violence.
Dans ce roman parfois sombre, Maryse Condé explique qu'Haïti paye cher son indépendance. La tradition dit qu'elle a conclu un pacte avec le diable pour devenir libre. Depuis, le diable s'en donne à cœur joie en réduisant les habitants à la misère et à l'instabilité politique. Babakar se rend compte que cette île souffre des mêmes symptômes que les pays africains et il a peur de revivre le même cauchemar de sa jeunesse. Il ne veut pas que sa fille connaisse ces malheurs...
Le récit pourrait souffrir d'une certaine lourdeur, mais c'était sans compter sur le choix judicieux d'y inclure plusieurs récits de personnages, tel un roman à tiroirs. Ainsi les proches de Babakar s'y révèlent et se dévoilent. De Fouad, le "faux" Libanais, à Estrella la "fausse" peintre, tous ont un parcours singulier et riche d'aventures. Lui qui n'a plus de famille, le médecin se rend compte que ces gens deviennent peu à peu sa famille d'adoption et pourquoi pas des protecteurs pour Anaïs.
Enfin, pour ajouter un caractère fantastique ou vaudou à l'ensemble, la mère de Babakar, traitée de sorcière de son vivant à cause de son teint noir et de ses yeux bleus acier, vient régulièrement hanter les nuits de son fils afin de mieux le guider dans sa vie.
La trame de l'histoire est convenue, il y a quelques facilités de récit, mais les personnages sont attachants et l'ensemble tient la route. Bref, une lecture très agréable. Alors que demander de plus si le contrat est rempli?

Posts les plus consultés de ce blog

Le Gardien des choses perdues

RUE DES ALBUMS (126) Le bain de Berk, Julien Béziat

Une Chance minuscule, Claudia Piñeiro