Dream box, N.M Zimmerman

Ed. L'Ecole des Loisirs, collection Medium, mai 2014, 493 pages, 19.5 euros.

Vivre avec les ombres.


Jeffrey est un enfant terrifié. Retrouver l'obscurité de sa chambre, la nuit, devient peu à peu au dessus de ses forces, et lorsqu'il trouve enfin le sommeil, les cauchemars le hantent. Ses parents mettent ce comportement sur le compte du caprice, d'une mauvaise étape à passer, mais il s'avère qu'au fil du temps, Jeffrey est de plus en plus incapable de gérer "cette haine et cette colère qui se déchaîne contre lui." En effet, recroquevillé en position fœtale dans son lit, il subit les assauts incessants des ombres, seulement visibles par lui, et qui se nourrissent des frustrations et des colères de ceux dont elles s'attaquent.
Jeffrey grandit avec elles, sans cesse gravitant autour de lui. Seulement, les ombres se sont acharnées sur  ses proches: son père est devenu alcoolique et violent, sa mère Ellen devient folle, quant au chien, il a fallu l'abattre car trop dangereux. Le quotidien de l'adolescent est fait de violence, de silence, et de peur:
"Jeffrey, ce garçon incompréhensible qu'Ellen avait l'impression de ne plus reconnaître par moments, ce n'était plus son fils qui se tenait devant elle, mais une créature malingre au regard de bête traquée qui donnait à Ellen envie de le gifler jusqu'à ce qu'il ait changé d'expression."
A défaut de vaincre directement l'enfant, les ombres utilisent son entourage pour le nuire...
Un jour, Jeffrey croise la route d'un adulte qui lui donne une boîte en bois, qui, selon lui, permet d'emprisonner le Mal qui le harcèle. La Dream box, c'est son nom, apaise les âmes tourmentées mais ne doit en aucun cas être ouverte...

Devenu adulte, Jeffrey vit cloîtré et dans le noir, seul, à l'intérieur d'une maison isolée et délabrée: la Maison Dieu. Seul le pasteur de la ville sait que le jeune homme est en proie aux attaques du Mal: lui aussi voit les ombres qui grouillent autour du logement. Car le jeune homme, dans un moment psychotique dû à l'absorption  de drogues, a ouvert la Dream box et vit depuis un enfer au quotidien:
"Elles grandirent, gonflèrent telles les voiles d'un navire claquant au vent, et l'encerclèrent."
Une jeune fille va tenter de le sortir de cette situation: Thérésa. Elevée dans le cadre stricte de la religion, cette dernière ne voit pas le Mal, et avec une bonne dose de naïveté et d'empathie, décide de rendre Jeffrey à la lumière. Parce qu'elle est bonne et ignorante, les ombres n'osent pas l'approcher. Jeffrey reprend des forces mais il sait qu'il doit remplir une mission, en tant que porteur de la Dream box: trouver la nouvelle jeune victime des ombres et lui transmettre la boîte qui lui vaudra son salut.

N.M. Zimmerman propose un roman fantastique en trois parties dans lequel un personnage central, Jeffrey, lutte, subit, et attaque les ombres qui peuplent sa vie depuis si longtemps. Aucun arrière fond religieux pour expliquer leur présence, même si le thème de la religion est récurrent. Les ombres ne sont finalement que la matérialisation des frustrations, rancœurs et haines humaines, et ne se nourrissent que des sentiments négatifs de ceux qu'elles hantent.
Parfois, la lecture est assez difficile pour un jeune lecteur, mais le récit met un point d'honneur à ne pas trop sombrer dans le détail. La troisième partie d'ailleurs est beaucoup moins détaillée que les deux premières, si bien qu'on a l'impression sur la fin de survoler une intrigue qui a mis beaucoup de temps à se mettre en route.
Avec une imagination débordante, l'auteure extrapole les peurs enfantines pour mener le lecteur aux portes du surnaturel sans utiliser d'effets spéciaux ni de créatures originales. Cependant, pour bien comprendre l'ensemble de ce roman destiné à la jeunesse à partir de 12 ans, il faudra être un lecteur chevronné et attentif.


Posts les plus consultés de ce blog

ZERO K, Don DeLillo

Le Gardien des choses perdues

Une Chance minuscule, Claudia Piñeiro