Billet d'humeur (2) En septembre, lis ce que tu veux!


Agecanonix par Uderzo

Malgré quelques réflexions et interrogations formulées sur les réseaux sociaux, NON je ne lirai pas certains des romans qui font le buzz sur la toile ou dont on parle beaucoup dans les médias.
N'y voyez aucun snobisme de ma part, seulement, chez moi, la lecture reste un plaisir avant tout, et dans ce plaisir, je garde précieusement le loisir de choisir ce que je vais lire. Certes, si "une commande de lecture" m'était faite, je l'honorerai, mais présentement, Fragments de lecture est avant tout le miroir de ce que je lis.
Pourquoi miroir ? Car force est de constater qu'on ne peut pas être le lecteur de tout. Heureusement la littérature offre un choix large et varié pour ne pas s'enfermer dans la lecture de romans que tout le monde va lire et qui vont imprégner le paysage littéraire.
Alors, loin de moi Amélie Nothomb, Grégoire Delacourt, Eric Reinhardt et d'autres. Loin de moi aussi les livres qui me font peur pour plusieurs raisons dont parfois celle irraisonnée de ne pas pouvoir en retirer la substantifique moelle, tels les livres de Carrère ou Doubrovsky.
Car écrire un billet, une critique, une recension, une chronique (peut importe le nom que vous donnez) exige une lecture attentive de l'oeuvre, une "fouille au corps" du contenu qui permettront d'étayer mon propos. Et pourtant, je suis affligée de voir ça et là des lecteurs qui se lancent dans des marathons de lecture avec une liste de romans difficiles et qui n'en retirent rien, qui ne partagent rien, tout en croyant avoir écrit le papier du siècle...
On peut volontairement passer à côté d'oeuvres importantes et être un lecteur exigeant! A ce que je sache, personne n'a dicté de règles avec une liste d'oeuvres incontournables à connaître pour être un bon  lecteur et/ou rédacteur! C'est la littérature qui forge notre approche des romans que nous lisons et que nous partageons. On ne naît pas rédacteur, on le devient encore et toujours.
Se disperser d'accord, mais trop de dispersion nuit. Dans la vie, il faut faire des choix, eh bien en littérature, c'est pareil. En cela, la rentrée littéraire de septembre est un excellent test! Certes, beaucoup de romans auront droit à une pluie de chroniques, tandis que d'autres feront peu de bruit alors qu'ils sont d'une grande qualité. Et c'est cela notre rôle de lecteur-rédacteur finalement: faire le tri et trouver la perle rare que nous pourrons vous faire découvrir et partager.
FB, twitter et Google + sont essentiels pour découvrir des œuvres et lire des chroniques diverses et variées. Sinon, c'est une triste foire aux vanités de celles et ceux qui se croient au-dessus de la mêlée et qui pourtant ne font que suivre le troupeau médiatique en ne lisant que les romans qu'il faut soi-disant absolument lire en cette rentrée littéraire.
Ce n'est pas ma conception de la littérature et de mon rapport avec le livre; hélas pour moi?

Posts les plus consultés de ce blog

ZERO K, Don DeLillo

Le Gardien des choses perdues

Une Chance minuscule, Claudia Piñeiro