Battement d'ailes, Milena Agus

Ed. Le Livre de Poche,  traduit de l'italien par Dominique Vittoz, février 2010, 142 pages, 5.6 euros

La rébellion toute en douceur


Encore une fois le personnage central, l'héroïne malgré elle, est une femme, surnommée Madame, par son voisinage, par respect mais aussi par dérision.
Selon le grand-père de la jeune narratrice, Madame est "l'homme du futur", car elle défend corps et âme son lopin de terre contre les promoteurs immobiliers qui veulent en faire un village vacances. Pourtant cet argent serait la bienvenue pour tous...Mais la "détermination courtoise" de Madame est "l'arme du futur".
Hormis ce problème récurrent, un autre, bien plus important à ses yeux la hante: elle ne trouve pas un homme qui l'aime vraiment. Certes, les hommes vont et viennent, mais ne s'attachent pas, trouvant mieux ailleurs ou appréhendant une vie de routine avec ce drôle de personnage. La narratrice doit beaucoup à cette voisine un peu fantasque.
Du haut de ses quatorze ans, elle découvre la complexité du monde adulte, et tente d'assumer la disparition de son père qui, la nuit, vient lui rendre visite en "un battement d'ailes". Du coup, elle a besoin de cette magie que véhicule Madame car, "sans la magie, la vie a un goût d'épouvante". Quand on ne possède aucune richesse, l'entraide est primordiale et les relations humaines importantes.
Toute en subtilité, Miléna Agus conte l'histoire de cette femme considérée un peu folle (comme dans son premier roman) mais centre du monde d'une terre au bord de la mer. La jeunesse de la narratrice lui permet de décrire naïvement quelques situations bien senties et de donner un regard novateur sur les personnages secondaires. Néanmoins, il manque la chute subtile qui existait dans le premier roman, et peut-être aussi une impression de déjà lu, due sans doute au lieu de l'action, au style, et au profil des personnages.
A vous de juger!