Anniversaire Marilyn (1), Fragments, Marilyn Monroe

 Ed. Points Seuil, traduit de l'anglais (USA) par Typhaine Samoyault, juin 2012, 269 pages, 12 euros

Le 1er juin, Marilyn Monroe aurait eu 88 ans. A l'occasion de cet anniversaire, Fragments de lecture publie, tout au long de la semaine, des articles sur l'actrice américaine, dont la mort prématurée et étrange pour certains, a contribué à la légende.


"Si la vie était à recommencer, je vivrais au dessus d'un saloon"


A la lecture des divers fragments de textes écrits par Marilyn, on retient une femme souffrant d'un incroyable manque de confiance en soi, ayant peur du jugement d'autrui. Elle disait: "seuls quelques fragments de nous toucheront un jour des fragments d'autrui".
Marilyn était résolument une femme seule. Elle était exactement le contraire du mirage. La fulgurance de son succès n'a fait qu'accroître sa fragilité intérieure.
Un de ses poèmes, "Help" résume à lui tout seul son désarroi face à sa propre vie qu'elle regarde en spectatrice:
"je sens la vie qui se rapproche alors que tout ce que je veux c'est mourir."
 Pour elle, la sincérité ne faisait pas partie de ce monde, d'où cette constante impression de jouer un rôle pour se sentir à la hauteur. Ce livre aurait du paraître de son vivant car il propose des photos de Marilyn un livre à la main,en train d'écrire, ou à la rencontre de grands auteurs.
Les pages de gauche sont les pages de carnets ou de papiers à en tête qu'elle a noircies d'une écriture parfois ronde parfois à la limite du gribouillis tant cette écriture devait être le miroir de ses états d'âme du moment.
Les pages de droite retranscrivent les textes en anglais puis traduits. Tous sont plus ou moins datés et expliqués dans leur contexte. Ainsi, on comprend mieux certains écrits mélancoliques sur l'amour après avoir lu le journal intime de son mari Arthur Miller...
Les sujets qu'elle aborde sont variés; l'insomnie, le manque de confiance, ses retards, le mariage, la folie,la thérapie mais malgré la gravité de ce qu'elle aborde, au détour d'une phrase, on sent une femme pleine d'auto dérision et de volonté de bien faire.
Marilyn s'est laissée engloutir au point de ne plus vouloir ou ne plus savoir comment s'en sortir. Elle était autre chose qu'une belle femme et c'est ce à quoi ce livre s'est évertué à présenter. Ainsi, il lui rend un très bel hommage posthume.

Posts les plus consultés de ce blog

ZERO K, Don DeLillo

Le Gardien des choses perdues

Une Chance minuscule, Claudia Piñeiro