Un homme, Philip Roth

Ed. Folio Gallimard, traduit de l'anglais (USA) par Josée Kamoun, février 2009, 192 pages, 6.8 euros

Un homme presque parfait...


"Ce n'est pas une bataille, la vieillesse, c'est un massacre".
 Englué dans ses problèmes cardiaques qui s'alourdissent de jour en jour, un homme fait le bilan de sa vie. Marié trois fois, père de trois enfants dont deux le méprisent, grand frère aimé d'un homme modèle sous tous rapports et fils aimé d'une famille juive issue de l'immigration, cet homme a tout vécu: l'amour, la passion, l'adultère, le mensonge, la tristesse, la compassion, la jalousie. Seulement, il ne pensait pas vieillir de cette façon là. Grand séducteur parfois dans le passé, il se rend compte de son âge lorsqu'il ne parvient plus à séduire une jeune femme qu'il croise souvent courant sur la digue. Cependant,"il refuse de faire cadeau d'une seule minute à la mort" et décide de profiter du temps qu'il lui reste sans pour autant tenter de changer et reconstruire le passé. D'ailleurs, sa maxime stoïque est: "on ne peut pas réécrire l'histoire. Il faut prendre la vie comme elle vient. Il faut tenir bon et prendre la vie comme elle vient." Seulement, cet homme a aussi des regrets comme celui de n'avoir pas été toujours un bon mari, de n'avoir pas pu freiner une crise de la cinquantaine galopante, ou n'avoir pas su se faire aimer de ses garçons...
La lectrice féminine que je suis apprécie cette introspection, cette reconnaissance de celui qui admet avoir fait du mal à ses proches. Philip Roth ne prétend pas faire le procès de cet homme qui a bien vécu, et penser que ce livre est une forme d'autobiographie serait sûrement une erreur. Roth écrit sur la vieillesse, après s'être longtemps penché sur la sexualité (voir Portnoy et son complexe, ou La Contrevie). la vieillesse est une autre vie, parallèle à la première, où "échapper à la mort semble devenir la grande affaire de (la) vie, qui se résume désormais à l'histoire du déclin physique". Alors, on pourrait penser que ce livre est triste, larmoyant, narcissique...Et bien non, c'est un concentré de vie que l'auteur a su transcender pour en faire un excellent roman voire même de la grande littérature. A lire et à garder dans sa bibliothèque pour le relire une fois âgé(e)

Posts les plus consultés de ce blog

ZERO K, Don DeLillo

Le Gardien des choses perdues

Une Chance minuscule, Claudia Piñeiro