Suttree, Cormac McCarthy

Ed. Points Seuil, mars 1998, 620 pages, 8.7 euros

La lie de la société


Comme le père et l'enfant dans La route, comme le frère fratricide de L'obscurité du dehors, Suttree est un héros qui marche et qui contemple la lie de la société dont il fait partie. On ne sait pas pourquoi cet anti héros se retrouve dans la misère sociale, mais on comprend qu'il a eu une famille bien sous tout rapport. 
Suttree se retrouve à Knoxville, véritable antichambre des Enfers où le fleuve Tennessee peut être assimilé au Styx, pourvoyeur des pauvres richesses, mais aussi parfois des âmes:
 "Un jour un bébé mort.Bouffi, des yeux putréfiés à l'état de pulpe dans un crâne bulbeux, et des petits lambeaux de chair traînant dans l'eau comme du papier de soie". Et toujours, cette obsession du bébé mort que l'on retrouve dans chaque roman. de l'auteur...
Ce livre est difficile à lire car il n'y a pas d'histoire à proprement parler, mais une suite de scènes dont Suttree est le témoin ou l'acteur. Car, même s'il est embarqué dans cette vie au jour le jour, il garde un regard lucide sur ce qu'il voit:
"Mais la détresse humaine ne connait pas de limites et tout peut toujours aller plus mal, seulement Suttree ne le dit pas."
Outre cette pauvreté mise à nu, McCarthy fait bien la différence entre le centre ville et la banlieue, territoires séparés par le pont au dessus du fleuve Tennesse et dont les gardiens sont des policiers à la fois redoutés et respectés.
De la difficulté de lire des scènes violentes ou des errances de Suttree, s'ajoute celle de lire le style de l'auteur. on est encore loin du style dépouillé de La route. Ici, les phrases sont longues, alambiquées, avec des adjectifs toujours plus nombreux, si bien que certains diront que le style est ampoulé. Volonté d'en faire trop? Je ne crois pas. Simplement Mac Carthy pense qu'écrire sur la damnation doit aussi posséder sa forme de beauté et sa poésie, peut-être aussi pour atténuer le choc des scènes décrites.

Posts les plus consultés de ce blog

ZERO K, Don DeLillo

Le Gardien des choses perdues

Une Chance minuscule, Claudia Piñeiro