Les mains nues, Simonetta Greggio

Ed. Le Livre de Poche, novembre 2010, 160 pages, 5.6 euros

Détournement d'amour



"Je n'avais pas joué le jeu, n'avais respecté aucune règle", se dit Emma après coup. La quarantaine, vétérinaire de campagne bien installée et appréciée, elle n'a pas pu échapper à l'opprobre lorsque son histoire a fait scandale. En effet, célibataire, sans enfant, pas le moindre fiancé attitré, alors une histoire d'amour interdite avec un adolescent de 14 ans, c'est du pain béni pour la rumeur...
Le "daguet" tel que l'appelle un de ses proches, c'est Giovanny (Gio) l'aîné d'un couple qu'elle a bien connu, Micol et Raphael, et qu'elle a fui pour se préserver. En fugue, il a rejoint Emma pour un peu de tranquillité, sauf qu'au fil du temps, l'amitié se transforme:
"Tout ce que je peux dire à ma décharge, c'est qu'à un moment donné c'était devenu moins impudique, moins malhonnête de coucher ensemble que de se regarder dans les yeux."
La narratrice a bien conscience qu'il y a détournement de mineur; elle se pose même la question de savoir si, à travers "ça", il n'y aurait pas non plus de la vengeance vis à vis de ses anciens amis. Finalement, "notre âge à tous les deux n'était qu'un élément de cette course à la collision", pense-t-elle. Le tabou est enfreint, Micol les a surpris, la justice prend l'affaire en main...
C'est tout en pudeur que Simonetta Greggio raconte l'histoire d'amour entre un tout jeune homme et une femme qui pourrait être sa mère. Elle ne porte aucun jugement. Son héroïne n'est ni une victime, ni une prédatrice. Il s'agit simplement du récit d'une collision entre deux être esseulés et mis de côté par les mêmes personnes...Gio et Emma sont lucides mais assument:
"Gio jonglait. Il négociait son quotidien entre l'enfant et l'âge adulte, conscient que si les ennuis ne manquaient pas d'un côté, de l'autre il allait falloir les assumer."
Avec des mots simples, l'auteur raconte un tabou vécu de l'intérieur, sans scènes crues, sans provocation, comme pour faire oublier l'âge des protagonistes.

Posts les plus consultés de ce blog

Le Gardien des choses perdues

RUE DES ALBUMS (126) Le bain de Berk, Julien Béziat

Une Chance minuscule, Claudia Piñeiro