La voix de la meute (tome1): les remplaçants, Gaïa Guasti

Ed. Thierry Magnier, mai 2014, 260 pages, 14.5 euros

LYCANTHROPIE


Mila, Tristan et Ludo ont grandi ensemble, et, chaque année, ils fêtent leur anniversaire au même moment, même s'ils ne sont pas nés à la même date. Pour l'occasion, ils décident de se retrouver au lieu dit la Résurgence; c'est l'occasion pour eux d'échanger et de garder des liens, car les années et les études les éloignent inexorablement.
Or, ce jour là, ils sont attaqués par trois chiens sauvages qui, les mordant pourtant violemment, ne les mettent pas à mort. Une fois remis de leurs blessures, les trois ados comprennent que quelque chose a changé dans leur corps. Une voix les pousse à courir à travers les bois; leurs sens sont décuplés, et enfin, en cas de danger, ils se métamorphosent en loup.
Le vieil Abel leur explique que l'âme du loup leur a été transmis, et grignotera peu à peu une place de plus en plus importante dans leur enveloppe charnelle, ainsi que dans leur existence.

En plus du problème de cette nouvelle double identité, les jeunes gens sont confrontés à un nouvel ennemi. En effet, lors de leur agression, il y avait trois chiens-loups. Sauf, qu'au départ, il étaient quatre. Trop faible pour trouver un remplaçant à qui transmettre son âme animale, la quatrième, une chienne rousse est maintenant prisonnière dans son enveloppe de prédateur et a décidé de se venger de ceux qui l'ont abandonnée jadis.

La Voix de la meute est un roman de genre. Il surfe avec plaisir sur un thème déjà bien fourni en littérature. Rien de bien nouveau à l'horizon sauf peut-être du côté des personnages principaux. Mila, Tristan et Ludo vont devoir à la fois faire face à leurs problèmes typiques d’adolescents, à leurs parents plus ou moins présents dans leurs vies respectives, et à leur nouvelle nature de lycanthrope. C'est pourquoi ce tome 1 annonce deux prochains épisodes où les trois dualités devront être prises en considération pour ne pas passer inaperçu.

Côté contenu, l'ensemble se lit facilement, sans impression de déjà lu. Le rythme, sans être haletant,  amène tranquillement le lecteur vers la fin et distille des informations susceptibles d'être développées dans le tome 2. Les clichés du genre sont évités, mais il n'y a pas de réelle innovation.
On attend donc la suite!

A partir de 12 ans.

Posts les plus consultés de ce blog

ZERO K, Don DeLillo

Le Gardien des choses perdues

Une Chance minuscule, Claudia Piñeiro