RUE DES ALBUMS (45) Nils, Barbie et le problème du pistolet, Kari Tinnen et Mari Kanstad Johnsen

 Ed. Albin Michel Jeunesse, mars 2013, 14.5 euros

Halte à la théorie du genre!


Nils fête ses 5 ans. Papa lui a préparé un gâteau d'anniversaire avec cinq bougies, et annonce:
"Si tu les souffles toutes d'un coup, tu pourras choisir ce que tu veux au magasin de jouets."
Cette promesse ne tombe pas dans l'oreille d'un sourd, surtout que Nils a une idée derrière la tête!
Sur la route, sa copine Angelika lui fait signe et lui jette sa plus belle Barbie. Nils est sidéré: Barbie vole et elle a la classe en plus! Même son père est étonné de voir une poupée "aussi balèze"...
Au magasin, Nils sait ce qu'il veut. La boite rose, l'écrin rigide qui enferme Barbie l'attend." La boîte rose avec une lettre rose et des coeurs rose dessus" attend gentiment son nouveau propriétaire. Elle, elle ne fait pas la différence entre fille et garçon; le principal est qu'elle apporte de la joie et de l'amusement!
Or, papa ne comprend pas ce choix. Barbie, c'est pour les filles! Il tente en vain de lui faire prendre un pistolet. Il ne lésine pas sur les gestes, les "pan pan" ridicules dans le magasin. Même à la caisse, il tente encore de lui faire changer d'avis. Mais le petit garçon affirme: "Barbie est hypertop...En tout cas quand elle est avec moi."

Sauf que Bo, le caïd de l'école, accompagné de son père, copie adulte de son fils, est là aussi en caisse. Tandis que le paternele chique et rote, le vilain garnement trucide son ours en peluche avec sa batte de base-ball. Voilà un vrai garçon! Alors, s' il voit Nils avec sa boîte rose pailletée, c'en est fini de sa réputation. En plus, notre héros ne peut même pas compter sur son père pour le défendre. En effet, ce dernier lui demande de prendre le pistolet pour ne pas perdre la face et sauver les apparences.... Que va décider le gamin?

Cet album va à l'encontre des idées reçues en générale et de la théorie du genre en particulier. Eh bien oui, on peut être un petit garçon de cinq ans bien dans ses baskets et aimer jouer à la Barbie sans pour autant se sentir différent!
Dans cette histoire, c'est l'adulte qui pose le complexe, qui juge le cadeau inadéquat. Les garçons, ça joue au pistolet ou aux voitures, mais pas aux poupées! Les poupées c'est pour les filles, un point c'est tout! Avec un tel raisonnement, il est facile d'imaginer le raisonnement et l'extrapolation du père sur les goûts de son fils.
Nils est un petit héros bien digne qui va se servir de la faiblesse de son père pour finalement arriver à ses fins.
Les illustrations, très très riches, peuvent heurter, car elles sortent des sentiers battus. L'illustratrice a fait le choix des superpositions de plans et favorise une couleur par page. La typographie est volontairement différente selon qu'elle s'ancre dans le récit ou les bulles.
Cependant, le contenu sauve le choix artistique et fait de l'album un ouvrage résolument moderne, au message de tolérance explicite qui justifie le manichéisme des personnages en présence.
A découvrir à partir de 5 ans.

Posts les plus consultés de ce blog

ZERO K, Don DeLillo

Le Gardien des choses perdues

Une Chance minuscule, Claudia Piñeiro