NEWSLETTER (25)


Rendez-vous hebdomadaire du samedi, la Newsletter vous propose des liens vers des articles littéraires (ou non) de la semaine, et un récapitulatif de mes lectures en cours,  de mes coups de cœur,  et pourquoi pas, parce qu'il y en a aussi,  de mes coups de gueule! 

 

De Milan Kundera je retiens surtout L'insoutenable légèreté de l'être lu et relu pour les besoins d'une étude en hypokhâgne. Depuis d'autres ont vécu sur ma PAL puis ont été lus La lenteur ou La valse aux adieux notamment. Dans tous les cas, jamais je n'ai écrit un billet, ayant sûrement puisé mes réserves dans mes modestes devoirs de classe préparatoire. Je me souviens surtout de l'un d'entre eux dont le sujet m'avait laissée perplexe... Allez, pour le plaisir, je vous donne l'intitulé:
"L'insoutenable légèreté de l'être, pourquoi ce titre?" 
5h pour plancher et au final un 8/20.
Alors, maintenant, à l'aube de la quarantaine, Kundera continue à me faire peur. Je lirai sûrement son dernier roman, mais en cachette, sans rien écrire dessus, tant je me sens incapable d'être à la hauteur de ce qu'il dévoile. Heureusement, d'autres critiques le font très bien et je vous invite à les lire. Dans la valse des articles lus à l'occasion de la sortie de son dernier livre La fête de l'insignifiance (Gallimard /3 avril 2014), j' en ai choisi deux pour vous : un des Inrockuptibles et un  écrit par Christine Bini dans La règle du Jeu (le titre des Inrockuptibles est plutôt moyen...)
Pas sûre d'être d'accord avec ce passage (in Inrockuptibles) !
"On remarquera que plus les écrivains vieillissent, plus ils signent des livres minces (voir Philip Roth), et La Fête de l’insignifiance ne déroge pas à la règle : un roman bref, à la typographie pour malvoyants, qui contient dès son titre, comme tous les précédents romans de Kundera, le concept qui en constitue la colonne vertébrale et tout l’enjeu."
 http://www.lesinrocks.com/2014/04/03/livres/milan-kundera-la-valse-au-serieux-11495136/
http://laregledujeu.org/2014/04/09/16755/kundera-la-bonne-humeur-comme-ligne-de-conduite/

Connaissez vous Olivier Steiner? Moi non plus! Et pourtant cette semaine, on en a parlé dans La Cause Littéraire dans un article écrit par Arnaud Genon, et dans la revue Autofiction.org.
Ce jeune auteur vient de publier La vie Privée (Editions de L'Arpenteur/mars2014) et je vous livre la quatrième de couverture:
 "Huis clos dans une maison du bord de mer. Tandis que la dépouille d'Emile repose dans une chambre à l'étage, le narrateur attend le dominateur. Une voiture se gare, c'est lui, le voilà dans l'embrasure de la porte, pile à l'heure, et sa ponctualité est déjà une forme de sévérité. Se joue alors la scène primitive, danse d'Eros et Thanatos, entre ombres et lumières, "sexe et effroi". Poussés aux derniers retranchements de la chair et de l'esprit, les corps exultent, souffrent et jouissent, livrent leur essence même. Avec La vie privée, Olivier Steiner signe un voyage sans retour, magnifique oraison funèbre, expérience de lecture rare où se dévoile notre humanité dans ce qu'elle a de plus noir et de plus cru."
Rien qu'à cette lecture, on se dit que le roman ne doit pas être facile. Apparemment, le thème ferait penser à un certain...Hervé Guibert. Avis aux amateurs donc!
http://www.lacauselitteraire.fr/la-vie-privee-olivier-steiner
http://www.autofiction.org/index.php?post/2014/02/02/Olivier-Steiner

Maylis de Kerangal/photo Télérama.fr

Je suppose, amis lecteurs, qu'on ne vous présente plus Maylis de Kérangal, dont le dernier roman, Réparer les vivants, est un beau succès de la rentrée littéraire d'hiver. En surfant sur le web, j'ai trouvé par hasard ce petit entretien fort sympathique de Madame le Figaro, dix questions, dix réponses ou souvent un mot suffit.
http://madame.lefigaro.fr/art-de-vivre/maylis-de-kerangal-voudrais-etre-polyglotte-070414-844442


Enfin, info de la semaine pour les "Silowers", le tome 2 de la trilogie de Hugh Howey et publié chez Actes Sud dans la nouvelle  collection Exofictions, paraîtra le 7 mai prochain, et se nommera Origines
 http://www.myboox.fr/actualite/silo-d-hugh-howey-la-suite-en-librairie-le-7-mai-ac-29508.html
Pour celles et ceux qui n'auraient pas encore lu le tome 1, voici mon article sur ce blog:
http://virginieneufville.blogspot.fr/2013/11/silo-hugh-howey.html






 Sinon, côté lectures personnelles, j'ai lu:
- Le village évanoui, de Bernard Quiriny (Flammarion)
- Quelque chose de lui de Françoise Dorner (Albin Michel)
- L'Ange de charbon de Dominique Batraville (Zulma)


Sur ce blog, les articles les plus lus cette semaine sont:
- Le mangeur d'étoiles, Romain Gary
- Le dos crowlé, Eric Fottorino
- Jesus Man, Christos Tsolkias

Bon week end livresque, ou jardinez!