Les Insoumis (tome 2): le chemin de la vérité, Alexandra Bracken

Ed. La Martinière Jeunesse, mars 2014, traduit de l'anglais (USA) par Daniel Lemoine, 507 pages, 16.5 euros.

Pour rappel, le Tome 1 des Insoumis est sur ce blog.

Côté calibrage, le tome 2 fait exactement le même nombre de pages que son précédent, et la couverture se veut être aussi dans la continuité... Dans les remerciements, l'auteure avoue avoir beaucoup souffert dans l'écriture, ayant vu son manuscrit revu et  corrigé plusieurs fois. Eh bien, elle aurait du passer sous silence cette petite confession, car dès le début, on sent que la remise en route est laborieuse.
En effet, il s'est passé un an entre la parution des deux tomes, et le lecteur se voit d'emblée confronté à une situation de crise. Pas le temps pour lui de se remettre dans le bain, de se réapproprier les personnages et le contexte. Alors pour ceux qui, comme moi, avaient à peu près oublié le début des aventures de Ruby, petit rappel: une grave pandémie, le NIAA (Neurodégénérescence Idiopathique Aigue des adolescents) touche les adolescents des Etats-Unis. Les survivants ont développé des pouvoirs étranges, classés en couleurs. Potentiellement dangereux aux yeux des adultes, les jeunes gens sont enfermés dans des camps en attendant un éventuel remède.
Ruby, l'héroïne de la trilogie, est une Orange, c'est à dire qu'elle a la  faculté d'entrer dans les pensées d'autrui et les manipuler. Depuis qu'elle a fui le camp où elle était retenue prisonnière, elle a rejoint la Ligue des enfants, censée protéger les droits et les libertés de chacun d'eux.
Dans ce tome 2, le statut de Ruby évolue. Elle est désormais une leader naturelle au sein de la Ligue, et elle n'a plus besoin de toucher la personne pour entrer et fouiller ses pensées. Elle domine qui elle veut, quand elle veut, et comme elle veut.
"Quand on pénètre dans un esprit, on a la sensation de plonger dans les pensées. Parfois c'est lent et de temps en temps rapide. La coloration des pensées et la teinte des rêves m'apportaient de nombreuses informations."
A la fin du tome 1, Ruby, pour sauver son petit ami des griffes de Clancy Gray, le fils du président américain qui a instauré la loi martiale, avait effacé volontairement sa mémoire. Depuis, ce dernier, erre dans une Amérique en désolation, ravagée par les inondations. Sans trop savoir pourquoi, il a en sa possession une clé USB contennat des informations essentielles et ultra secrètes concernant les origines de la NIAA. La jeune fille doit donc la récupérer pour la remettre à ses chefs.

Simplement le récit est alambiqué; il faut attendre le chapitre 12 pour avoir l'impression nette d'avancer dans l'histoire. Auparavant, le lecteur tente en vain de s'accrocher en se remettant en mémoire l'épisode 1.... De cette intrigue fastidieuse qui perd de son intérêt au fil des pages, il ne faut pas retenir grand chose, hormis le fait que les méchants sont les mêmes (quoique la Ligue commence à servir ses propres intérêts), que Ruby et ses amis sont rusés et héroïques, que la défunte épouse du président Gray travaillait sur un remède à la maladie...
Finalement, on sort de cette lecture laborieuse avec le sentiment de n'avoir rien appris de nouveau. L'auteur a repris les ingrédients originaux du tome 1 pour nous servir une nouvelle recette  dont la digestion nous laisse pourtant  un arrière goût de déjà vu. Le chemin de la vérité promis s'avère être un labyrinthe digne de Dédale.
Le tome 3, dont la publication arrivera normalement en mars 2015, devra rectifier le tir, sinon, les malheurs de Ruby n'attireront pas les foules...

Posts les plus consultés de ce blog

ZERO K, Don DeLillo

Le Gardien des choses perdues

Une Chance minuscule, Claudia Piñeiro