Le collier rouge, Jean-Christophe Rufin

Ed. Gallimard, collection La Blanche, février 2014, 160 pages, 15.9 euros

Chienne de vie


Qu'est-ce qu'un héros de guerre? A travers ce court roman, Jean-Christophe Rufin tente de répondre à cette question.
Morlac, héros décoré de la Grande Guerre est de retour au pays, mais au lieu de savourer sa liberté et la fin de la guerre, il est sous les verrous. Dehors, son fidèle chien Guillaume, compagnon de tous les combats, attend silencieusement ou hurle à la mort quand il sent le danger.
"De près, l'animal faisait peine à voir. Il avait vraiment l'allure d'un vieux guerrier. Plusieurs cicatrices, sur le dos et les flancs, témoignaient de blessures par balles ou éclats d'obus. On sentait qu'elles n'avaient pas été soignées et que les chairs s'étaient débrouillées pour se rejoindre tant bien que mal, en formant des bourrelets, des plaques durs et des cals."
Morlac ne renie pas son geste qui lui a valu d'être enfermé. Le lecteur ne saura qu'à l'extrême fin du roman ce qu'il a fait , car l'essentiel n'est pas dans cet acte, mais ailleurs, et le juge Lantier qui est venu l'interroger le sait aussi. Il comprend tout de suite que dans ce refus de l'ex-soldat de minimiser l'affaire ou de s'excuser, se cache un acte délibéré, un désir de porter atteinte à cette décoration qu'il n'a peut-être pas si bien méritée.
C'est la dernière affaire que Lantier traite en tant que juge militaire. Lui aussi est pressé de retrouver la vie civile après les horreurs de la guerre:
"Lui aussi, à l'évidence, était marqué par la guerre. Quelque chose, dans sa voix, disait qu'il était désespérément sincère. Comme si la certitude de mourir bientôt, éprouvée jour après jour au front, avait fait fondre en lui toutes les coques du mensonge, toutes ces peaux tannées que la vie, les épreuves, la fréquentation des autres déposent sur la vérité chez les hommes ordinaires."
Seulement, l'intuition lui dit que le cas Morlac n'est pas banal et qu'il va falloir prendre son temps et enquêter afin de pouvoir rendre un jugement équitable. Et puis un survivant de la Grande Guerre qui ne veut pas de circonstances atténuantes, Lantier n'en a encore jamais rencontré:
"Ce prisonnier était différent. Il appartenait aux deux côtés: c'était un héros, il avait défendu la Nation, et en même temps il la vomissait."

Au fur et à mesure des interrogatoires, le juge comprend que l'histoire militaire de Morlac est inextricablement liée à Guillaume, son chien, qui attend fidèlement dehors malgré la fatigue et la faiblesse grandissante. Il apprend aussi que le jeune révolté fut autrefois lié à Valentine, restée à la ferme pour l'attendre. Justement Valentine n'est pas une villageoise comme les autres; fille de révolutionnaire, c'est une cultivée qui a appris la lecture à son amoureux et lui a transmis le goût des livres politiques:
"La guerre était un mystère pour lui. Il n'avait jamais imaginé ça. Il voulait savoir. La politique, l'économie, les peuples, les nations, il se posait des questions sur tout."

De ce face à face avec Morlac, Lantier en tirera une vérité, et donnera un sens à cet acte irrespectueux envers la Patrie, venant pourtant d'un héros de guerre décoré, enfant du pays, au sourire doux, et pacifiste convaincu.

C'est à partir d'une anecdote réelle racontée par un ami que Rufin a extrait la matière de ce roman. Le lecteur sent de suite que le chien est une clé de compréhension de l'ensemble. Morlac n'est qu'un pion. Pourtant, le maître est à la fois attiré et en rejet par rapport à ce vieux chien qui ne cesse de l'attendre. On lit avec un plaisir sans fin ces quelques 160 pages qui font honneur au centenaire de la Grande Guerre, et aborde ce sujet grave et douloureux par un prisme tout à fait original et remarquable d'ordinaire très peu souligné: le rôle des chiens durant les combats.
A Lantier de conclure:
"Je crois que la vraie différence avec les bêtes, ce n'est pas la fidélité. Le trait le plus proprement humain et qui leur fait complétement défaut, c'est un autre sentiment, que vous avez de reste.
- Lequel?
- L'orgueil."

A découvrir sans tarder!



Posts les plus consultés de ce blog

Le Gardien des choses perdues

RUE DES ALBUMS (126) Le bain de Berk, Julien Béziat

Une Chance minuscule, Claudia Piñeiro