Sur la plage de Chesil, Ian McEwan

Ed. Folio Gallimard, traduit de l'anglais par France Camus-Pichon, janvier 2010, 192 pages, 6.8 euros

Oh cachez moi ce sexe que je ne saurai voir!


La nuit de noces, quelle aventure palpitante!


Amateurs d'aventures passez votre chemin, car ce roman est un petit bijou d'introspection! Florence et Edward se marient "pour le meilleur et pour le pire", comme tout le monde d'ailleurs, sauf que pour eux, le pire commence dès le soir de leur lune de miel. Tous les deux appréhendent cette nuit "spéciale", ils s'en font même une montagne car ils sont vierges et Florence répugne même l'idée d'une langue étrangère dans s bouche! De façon alternée, l'auteur explique les raisons de cet état d'esprit, et très vite, invoque le poids de la famille, mais surtout le poids de la société anglaise de 1962 où parler de sexe est "sale". En gros, tout le monde le fait, mais personne en parle! Le mariage devient le symbole du passage à l'âge adulte et permet aux jeunes d'avoir enfin la liberté d'agir selon leur bon plaisir. Quelque part, l'auteur explique les raisons pour lesquelles les sociétés occidentales passeront à "la révolution sexuelle" dans les années 70, car trop de tabous, trop de silences tuent le sexe. Jamais le sentiment amoureux n'est remis en cause, il est même mis en avant, mais du côté de la jeune femme, il s'apparente à un sentiment fort d'amitié, un mari devient un compagnon de vie où l'idéal serait qu'il n'est pas de désir sexuel... Edward, lui, est plus mesuré. Certes, en jeune puceau, il se pose beaucoup de questions, mais il envisage sa lune de miel comme un cap à passer, mais surtout comme le début d'une grande aventure très agréable aux cotés de celle qu'il a choisi. Mais, rien ne se passe comme prévu, et la rigide Florence sonnera le glas des fantasmes de son cher et tendre! C'est la première fois que je lis cet auteur et je suis agréablement surprise. Par moment, on sent quelques similitudes avec Philip Roth dans la façon de traiter avec neutralité et désinvolture ses personnages, mais la comparaison s'arrête là. Bref, un court roman qui mérite d'être lu tant par sa finesse d'analyse d'une époque, que par la justesse des mots employés.

plage de Chesil UK

Posts les plus consultés de ce blog

ZERO K, Don DeLillo

Le Gardien des choses perdues

Une Chance minuscule, Claudia Piñeiro