Ni vu ni connu, Olivier Adam

Ed . Ecole des Loisir, février 2009, 93 pages,  7.5 euros

Transparence


Couverture du livre Ni vu ni connu"Je voudrais tellement que la vie ressemble à une nuit d'été" se dit Antoine alors qu'il est caché et que tous ses camarades l'ont tout bonnement oublié!
 L'été, les gens sont dehors, sa famille danse dans le jardin et il a enfin l'impression d'exister pour quelqu'un. Fils de routier parti la semaine et d'une infirmière de nuit, Antoine est un enfant modèle, très autonome et premier de la classe. Mais c'est un enfant solitaire dont la présence ou l'absence laissent les gens indifférents, du moins c'est ce qu'il pense:
 "A cache-cache, personne ne me trouve jamais. Personne ne me trouve parce que personne ne me cherche. personne ne me cherche parce que personne ne se souvient que je joue, parce que personne ne se souvient que je suis là, que je vis, que j'existe."Oublié lors d'un jeu, il décide de rester "transparent".
Il découvrira ainsi la véritable nature de ceux qui l'entourent et partagent son quotidien. Le petit garçon invisible deviendra alors de plus en plus réel... Leçon de vie mais aussi leçon d'amour, ce court roman d'Olivier Adam s'adresse à un jeune public bon lecteur, et traite d'une question sensible à la pré-adolescence: "est-ce que je compte pour quelqu'un".
On est loin des situations rocambolesques de certains ouvrages jeunesse, et l'auteur n'utilise pas non plus sa prose coutumière destinée au public adulte. En fait, il a trouvé le ton juste qui fait prendre conscience que l'enfant est une personne à part entière, et il réussit à transmettre un message à valeur universelle sans fioriture et sans excès. Chaque lecteur s'y retrouvera à coup sûr.
A partir de 10 ans.

Posts les plus consultés de ce blog

ZERO K, Don DeLillo

Le Gardien des choses perdues

Une Chance minuscule, Claudia Piñeiro