RUE DES ALBUMS (35) Loup noir, Antoine Guillopé

Ed. Casterman, collection les Albums, janvier 2014, 32 pages, 13.95 euros

Pour célébrer les dix ans de cet album à part, en noir et blanc, et sans texte, les éditions Casterman proposent une édition luxueuse: couverture cartonnée, reliure bodonienne, débossage et papier offset.

 

Le loup rôde...

 

Un soir de neige. Les giboulées tranchent avec le fond de nuit. Pour augmenter la peur, les arbres imposent leurs ombres immenses, véritables pantins fantomatiques. Au milieu d'eux, un garçon seul, marche. Ses pas imprègnent la neige. Il est le premier sur le chemin depuis les derniers flocons. Les ombres, la nuit, les arbres, le temps changeant, le hululement de la chouette, font que les pas de l'enfant se transforment en course. Il a peur, il sent que quelque chose l'observe puisqu'il regarde derrière lui pour vérifier si on ne le suit pas.
Nous, lecteurs, nous savons que le loup rôde. D'abord deux fentes arborant un regard bestial, la silhouette ensuite se précise. Il suit le garçon, à distance. Imperceptiblement, au fil des pages, sa présence devient de plus en plus nette. Le loup est une menace pour l'homme, depuis toujours. Alors quand on est seul, en lisière de forêt, il est normal de paniquer.
Gare au loup! Gare au loup! Gare au loup! Gare au loup! tel un leitmotiv...

Seulement, les apparences sont parfois trompeuses, les idées reçues ont la dent dure, et le danger ne vient pas toujours de ce que l'on croit...

Loup noir est un album somptueux, tout en trompe l’œil et en mouvement. A défaut de texte, les illustrations suggèrent ce qui se passe, et l'imagination du lecteur fait le reste.
Noir, blanc, blanc, noir. Le noir, couleur du danger et de la peur. Le blanc, couleur de la virginité et de la sérénité. Là aussi, toujours se méfier des apparences, car les ombres des arbres changent aussi les couleurs des êtres vivants...
Tous les ingrédients sont réunis pour suggérer la peur: les crocs du loup, son regard, sa silhouette sans cesse en mouvement avec les troncs d'arbres en arrière plan, véritable armée végétale. La fuite de l'enfant se caractérise par des flocons de plus en plus nombreux, et des pas sur un sol vierge de tout mouvement.
Seules les deux dernières illustrations sont statiques, comme pour signifier l'apaisement, le recul du danger.

Loup noir est un chef d’œuvre d'histoires sans parole, où la beauté du noir et du blanc est mise à profit pour écrire une histoire en images. Les éditions Casterman nous offrent un bijou d'intelligence permettant aux enfants d'exercer au mieux leur imagination et leur inventivité.

A partir de 3 ans.

Posts les plus consultés de ce blog

ZERO K, Don DeLillo

Le Gardien des choses perdues

Une Chance minuscule, Claudia Piñeiro