Le ravissement de Britney Spears, Jean Rolin

Ed. Folio Gallimard,  février 2013, 272 pages, 6.8 euros

Nothing is happening!


Est-il possible qu'un agent secret français soit envoyé sillonner les rues de Los Angeles dans le but de surveiller de loin (à défaut de près) les déplacements et agissements de Britney Spears? Même lui flaire le piège, voire le poisson d'avril:
 "J'éprouvais le sentiment confus qu'un piège était en train de se refermer sur moi, un piège dont j'ignorais la nature, et qui en tirait les ficelles."
Or, comme le narrateur est un agent scrupuleux, il arpente LA en long en large et en travers à la recherche de l'ombre de la star...Si bien que, au fil du récit, la ville "tentaculaire et aberrante" devient un personnage à part entière, véritable ogre de fer et d'acier dont les bus fonctionnent jusqu'au bout de la nuit. Et heureusement d'ailleurs (et c'est ce qui sauve le roman) que ces bus existent car sans eux, point de rendez-vous avec Fuck le paparazzo communiste ou des promenades avec Wendy, la sosie un rien décalée de Britney!
Eh oui, notre agent n'a pas le permis, et ça complique bien les choses, surtout lorsqu'il s'avérera que son flair ne l'avait pas trompé. Finalement il faut comprendre le mot ravissement dans ses deux sens: l'enlèvement (comme fut jadis celui d'Hélène par Pâris) mais aussi l'admiration que l'on porte à quelqu'un.
Britney le fascine tant par son style de vie que par ce qu'elle véhicule autour d'elle. Immergé dans "l'actu people" à longueur de journées, notre narrateur va trouver un palliatif lorsque Britney se fera oublier en la personne de Lindsay Lohan, bien plus trash que sa congénère. Vous aurez compris que ce roman n'est pas très sérieux, le titre d'ailleurs prévient le lecteur, seulement j'ai apprécié ça et là les clins d'œil littéraires tels celui sur Au dessous du Volcan de M. Lowry (dont je conseille la lecture obscure à tous!), et le ton décalé qui sauve le contenu un peu surfait et disons franchement peu attrayant. Le narrateur porte son histoire sur ses épaules jusqu'à la fin et il y arrive avec les honneurs du lecteur. Bref, c'est une récréation littéraire au sens laudatif du term.
Bonne lecture!

Posts les plus consultés de ce blog

Le Gardien des choses perdues

RUE DES ALBUMS (126) Le bain de Berk, Julien Béziat

Une Chance minuscule, Claudia Piñeiro