FRAGMENTS DE BD (3) BLAST, Manu Larcenet

 Ed Dargaud, 3 tomes , 2008-2012, 22.5 euros le tome

 

 "Je mens... Je suis en feu, je suis gris, lourd, crasseux, mais je suis en feu. » Un homme seul dort dans les bois. Masse inouïe de plus de 150 kilos, il est parti un beau matin, laissant sa vie d'avant, à la recherche du blast, ce court instant de perfection, flash improbable, qui survient parfois, lorsque, oubliant sa graisse, il parvient à voler. Après un premier tome prix des libraires 2010, Manu Larcenet signe un immense roman graphique, noir et âpre, d'un humanisme bouleversant.« Je mens... Je suis en feu, je suis gris, lourd, crasseux, mais je suis en feu. » Un homme seul dort dans les bois. Masse inouïe de plus de 150 kilos, il est parti un beau matin, laissant sa vie d'avant, à la recherche du blast, ce court instant de perfection, flash improbable, qui survient parfois, lorsque, oubliant sa graisse, il parvient à voler. Après un premier tome prix des libraires 2010, Manu Larcenet signe un immense roman graphique, noir et âpre, d'un humanisme bouleversant." (site Dargaud)

 

Tome1: Grasse carcasse


202 pages de roman graphique (c'est plus branché que BD) en noir et blanc, mélange de polar et de récit social.
"Grasse Carcasse" est le personnage principal. Il n'a rien pour plaire, et il le sait, s'étonnant même qu'une femme aie un jour voulu de lui...Élevé par un père routier, il a grandi à l'écart des autres, traînant son obésité comme une malédiction et une protection.
Ce Polza Mancini se dit écrivain, mais depuis la mort de son père, il est itinérant. L'album commence où, arrêté par la police pour une sombre histoire le liant à une certaine Carole Oudinot, l'homme se livre à deux inspecteurs qui, comme le lecteur, devront faire le tri entre le fantasme et le vécu.
Mais qu'est-ce donc le blast? Seconde de suspension entre l'explosion et l'impact qui se traduit par le retour à l'harmonie originelle, bref à une seconde naissance. Vécu une fois et en quête de le revivre, Polza Mancini se définit ainsi: "mon histoire n'est pas mathématique. Elle se résume toute entière à la collision entre le hasard et mes...obsessions." Dès lors, les lois humaines ont très peu d'influence sur lui: "là où vous vous réduisez à la loi, je ne me conforme qu'à la nature...et la justice n'existe pas dans la nature!"
Ce personnage suinte l'étrange; l'ambiance générale y participe...Les personnages se caractérisent tous par un nez proéminent, rappelant peut-être par là leur lointaine origine animale...Finalement, curieux(se) au départ, on se laisse facilement entrainé(e) par cette histoire dont finalement on ne nous dit pas grand chose, mais qui, grâce au secret contenu, pousse à lire les tomes suivants.

Tome 2: L'apocalypse selon Saint-Jacky


 Polza est toujours en garde à vue, mais son statut ne semble pas le perturber outre mesure. Il continue le monologue sur (ou de) sa vie aux deux policiers chargés d'enquêter sur le meurtre de Carole Oudinot.
Polza est toujours en quête du Blast. Dans ses errances, il croise le chemin de Jacky, aussi perturbé que lui, mais autrement, qui vit de livres et de deals...Ils passent l'hiver ensemble, apprennent à se connaître mais Jacky a bien des secrets...
Sombre par le choix en noir et blanc.
Sombre par le contenu: on nage dans le glauque.
Sombre par les personnages phares: border line mais vraiment border line...
Sombre par les personnages secondaires: le lecteur plonge dans la marge de la société.
Mais extrêmement intelligent quant au scénario, si bien que malgré tout on reste scotché jusqu'à la fin (une fois dépassé la petite impression de dégoût) et on se dit "vivement la lecture du tome 3"§

Tome 3 : La tête la première


 "L'idée de me frotter au monde, de le bousculer, de le provoquer jusqu'à ce qu'il se lasse s'installa comme une évidence."
Les fans ne seront pas déçus...On en sait un peu plus sur Polza, sur sa rencontre avec Carole Odinot....
Polza devient paradoxalement un peu plus humain...Le tempérament suicidaire est bien présent mais la lâcheté l'emporte. Du coup, il estime que la nature pourra, un jour, au détour de ses errances, se charger de lui.On avance un peu plus vers le dénouement, tandis que le blast s'éloigne inexorablement...Polza vit toujours en marge de la société, il est à la "lisière" de sa propre vie (pour ne pas citer un très bon roman). Solitaire convaincu, il se méfie d'autrui, d'ailleurs chaque rencontre se termine de façon dramatique.
La question centrale de ce tome 3 est: Polza est-il fou ou manipulateur?
Ce roman graphique est à la hauteur de ses espérances: intelligent, torturé, soigné, mais toujours aussi glauque!
A lire sans hésitation

Posts les plus consultés de ce blog

Le Gardien des choses perdues

RUE DES ALBUMS (126) Le bain de Berk, Julien Béziat

Une Chance minuscule, Claudia Piñeiro