Adieu Gary Cooper, Romain Gary

Ed. Folio Gallimard, mars 1998, 253 pages, 6.2 euros


"Lonesome cowboy"...en ski!

 

Tome 2 de la Comédie Américaine (le tome 1 étant Les mangeurs d'étoiles)

 

Lenny est américain: il est beau, il a un sourire à tomber par terre et il adore le ski. Mais Lenny a fui son pays natal pour la Suisse depuis que Kennedy a dit dans un discours que les Etats Unis avaient besoin des jeunes. Pas question de partir au Viet-Nam. Et puis de toute façon, "aux USA, le problème du langage était terrible. N'importe qui pouvait vous parler." (!?) Au moins en Suisse, Lenny est tranquille, il ne parle ni suisse, ni français, ce qui lui garantit la liberté et la paix. Moniteur de ski free lance, il devient (pour se nourrir) de temps en temps passeur de lingots d'or et de devises entre la France et la Suisse. Tel Gary Cooper, son idole, seul souvenir qu'il a emporté de son pays natal, "il marche tout seul, il n'a besoin de personne, et gagne toujours à la fin contre les méchants".
 Pourtant, Lenny rencontre Jess, américaine comme lui, fille de diplomate alcoolique. Et là toutes ses belles idées sur la vie et la liberté sont remises en cause. Le Lenny asocial va devenir le Lenny conforme à la société... L'histoire part dans tous les sens mais finalement elle devient secondaire tant Romain Gary se délecte de bons mots et de phrases fulgurantes. Ainsi, il n'hésite pas à dire de son personnage : "un homme qui peut s'adapter à la réalité n'est qu'un enfant de pute"
Il y en a des citations à garder...Lenny est un jeune homme qui, par souci de différence et par un raisonnement jusqu'au boutiste en vient à vouloir préférer la condition des Noirs américains dans leur pays (dans les années 60). Il incarne toutes les contradictions de la jeunesse de son temps et de son pays .
Et puis, dit-il enfin: "la barrière du langage, c'est lorsque deux types parlent la même langue. Plus moyen de se comprendre". CQFD!

Posts les plus consultés de ce blog

ZERO K, Don DeLillo

Le Gardien des choses perdues

Une Chance minuscule, Claudia Piñeiro