Ecriture: MARRE DE MES OREILLES! (2)

 

 

Nouveau rendez-vous de Fragments de lecture, Ecriture vous propose de découvrir chaque semaine un récit inédit. Ce mois-ci, Marre de mes oreilles ou l'histoire d'Héloïse et ses oreilles décollées...

 

CHAPITRE 2


Pourquoi Dumbo ?



             Dumbo….Dumbo….mais pourquoi Dumbo l’éléphant ? Je me souviens que mamie Claudine, grande collectionneuse de dessins animés, m’avais offert le DVD quand j’étais petite. Je réfléchis : mais quel était donc son problème à Dumbo ?
Je suis toujours plongée dans mes pensées lorsque je me mets devant le miroir des vestiaires pour me brosser les cheveux. Et là, c’est le drame : Dumbo ! Mes oreilles ! Avec mes cheveux mouillés plaqués en arrière, le reflet me renvoie un détail qui jusque là ne me choquait pas : en effet, mes deux oreilles se démarquent de l’ovale de mon visage et se présentent à moi telles celles de Dumbo l’éléphant, ou les antennes radio qui écoutent les bruits de l’espace comme dans mon livre d’astronomie.
Je suis super vexée d’être comparée à un éléphant. Mais, c’est vrai, Léa a un peu raison : mes oreilles, on ne voit qu’elles ! De vraies feuilles de chou! Quelle horreur ! Je me mets à pleurer….Fanny, ma meilleure amie remarque mes larmes :
-      Pourquoi pleures-tu ?
-      Mes oreilles, regarde, elles sont trop grandes…Léa a raison, la honte !
-      Mais non, t’as de la chance au contraire, car au moins lorsque tu mets des boucles d’oreilles on les voit bien.
-      Laisse tomber, c’est fini, je ne veux plus en mettre. Je n’attacherai plus mes cheveux. Je suis dégoûtée de ne m’en être pas rendue compte plus tôt !

Madame Morand rassemble les élèves et nous fait ranger deux par deux.
Dans les rangs, Léa se retourne sur moi et reprend tout bas son infâme ritournelle :
-      Dumbo, sors de ce corps….
Je lui tire la langue pour garder la face, mais le mal est fait.
Super la séance de piscine !


           

Posts les plus consultés de ce blog

ZERO K, Don DeLillo

Le Gardien des choses perdues

Une Chance minuscule, Claudia Piñeiro