Lulu et le brontosaure, de Judith Viorst et Lane Smith

Ed. Milan , avril 2012, 123 pages, 10.9 euros

Désopilant!


"Deux semaines avant son anniversaire, Lulu annonça à ses parents qu'elle voulait un brontosaure comme cadeau."...
Tout commence par cette annonce de Lulu, petite fille unique pourrie gâtée à ses parents qu'elle mène par le bout du nez!
Un brontosaure ça n'existe plus depuis 65 millions d'années, mais dans le monde de Lulu, cet animal vit dans la forêt voisine, et surtout, il est juste impossible de le domestiquer. Les parents ont beau expliquer la chose à Lulu, cette dernière n'en démord pas: C'est un brontosaure ou rien, hurle-t-elle.
Ivre de colère, elle décide de se rendre dans la forêt à la recherche de son cadeau. Elle y fait des rencontres cocasses: un serpent qui tente de l'étouffer, une tigresse qui la veut comme repas, un ours qui désire la griffer. A chaque fois, Lulu, ne s'en laisse pas conter et avance plus profondément dans les bois; avec un caractère pareil, même les animaux les plus sauvages passent leur chemin!
Et puis, la rencontre tant attendue survient. Lulu a préparé le collier et la laisse pour ramener son nouvel animal de compagnie à la maison, et tant pis s'il est vraiment trop grand; sauf que, le brontosaure ne se laisse pas faire et ironise sur le ton autoritaire de Lulu:
"Juste un petit malentendu. Quand j'ai dit que c'était une très bonne idée d'avoir un animal rien qu'à moi, cela signifiait que tu étais mon animal. Un petit humain rien qu'à moi."
A ses mots, Lulu est stupéfaite: elle, un animal de compagnie pour brontosaure?  
"Ce sont les gens qui ont des animaux, pas les animaux qui ont des gens. JAMAIS."
Pas le choix, la petite fille est coincée. Son expérience d'animal de compagnie est désastreuse; elle réussit à s'enfuir et rentre chez elle. Son expérience lui sert de leçon: être un animal de compagnie n'est pas une mince affaire, et les animaux, quel qu'ils soient, ont droit au respect.
L'auteure nous propose une histoire percutante, sans temps mort, aux multiples rebondissements, avec une héroïne à contre courant. Lulu est l'incarnation de la peste par excellence, mais son expérience du "tel est pris qui croyait prendre" va lui être bénéfique.
L'usage des parenthèses ajoute de l'humour au récit; le lecteur a même le choix entre plusieurs fins possibles.
Les illustrations en noir et blanc donnent paradoxalement de la couleur à l'ensemble: personnages expressifs sans être caricaturaux, usage de la focalisation pour insister sur les humeurs des personnages, et une Lulu très réussie.
Lulu et le brontosaure est un roman jeunesse qui se lit d'une traite, très drôle, intelligent et avec un beau message à la fin.

Posts les plus consultés de ce blog

ZERO K, Don DeLillo

Le Gardien des choses perdues

Une Chance minuscule, Claudia Piñeiro