RUE DES ALBUMS (11) Comment cacher un lion, Helen Stephens

Ed. Casterman, avril 2013, traduit de l'anglais (GB) par Rémi Stéphani, 30 pages,  13.95 euros

Leçon de tolérance


"Par une chaude journée d'été, un lion arriva sur la place du marché. Il voulait acheter un chapeau."
La première phrase plonge le lecteur dans une aventure absurde et loufoque, et pourtant quoi de mieux que l'impossible pour faire passer facilement un message?
Car dès le début, cet album transmet quantités de messages sur l'être et le paraître, l'amitié, le rejet. Forcément un lion sur une place de village, ça se voit tout de suite et ça crée une émeute. Poursuivi par les villageois, le roi des animaux trouve refuge chez Iris qui le cache au nez et à la barbe de ses parents. En effet, comme tout le monde sa mère pense qu' "un lion gentil ça n'existe pas (...). Un lion te mangerait." Mais Iris est bien décidée à protéger son nouvel animal de compagnie, sauf qu'il est difficile à cacher!
En faisant du lion un être capable de sentiments, l'auteur met définitivement de côté sa dimension sauvage et lui établit une dimension domestique. De plus, ce dernier comprend la situation et préfère s'éclipser...pour revenir en héros!
La couverture de l'album promet de belles images et des couleurs chaudes. Promesse tenue! Les traits des dessins sont volontairement flous, les illustrations mettent en évidence la différence de taille entre le lion et la petite fille. Enfin, le visage du lion est expressif, confirmant la volonté de ne pas en faire un pur prédateur.
Par le biais d'une histoire simple, l'enfant comprendra le message de tolérance et d'amitié.
Un bel album à partir de 4 ans.