Accéder au contenu principal

Mapuche, Caryl Férey

Ed. Gallimard, collection Série Noire, avril 2012, 464 pages, 19.9 euros

Éprouvant 

(Prix du meilleur Polar français, magazine Lire)

 
C'est une double découverte: celle d'un auteur connu que de nom, celle d'un genre totalement inconnu, le roman noir. Il en reste une lecture éprouvante tant par la grandiloquence du style (parfois), que par les détails crus et sordides des faits. De ce fait, pour éviter l'asphyxie littéraire, force est de constater qu'il a fallu "sauter" deux-trois pages...
L'entrée dans le roman ne fut pas une chose facile: le passé douloureux de l'Argentine couplé à la débâcle du pays au début du millénaire n'est pas (pour moi) un sujet tentant. Cependant, très vite, la nervosité du style, et la force des personnages en présence ont eu raison de la persévérance: on entre pleinement dans l'intrigue et on y prend goût.
Jana est une Mapuche, une indienne dont la communauté fut dépossédée autrefois et qui vit désormais démunie de tout. Avec sa copine Paula, elle tente de retrouver un certain Luz disparu mystérieusement. Très vite, elle va croiser le chemin de Ruben, détective privé et survivant de "la junte" militaire de 1976. Tous deux vont s'apercevoir que la disparition du prostitué transsexuel cache des exactions bien plus honteuses mêlant des gens en vue.
L'auteur se sert de l'histoire du pays pour enfoncer un peu plus le sordide de l'intrigue. Nous avons droit à des descriptions de scènes de torture, mais aussi à une visite guidée du Buenos Aires moderne: bidonvilles, gamins des rues, prostitution...bref, rien de bien reluisant.
Détentions illégales, tortures étaient pratiquées pour obtenir des informations et "faire souffrir l'imagination des vivants"; l'auteur utilise le même concept en les décrivant pour "faire souffrir" l'imagination de ses lecteurs. N'empêche, l'intrigue reste cohérente, sans temps mort, portée par Ruben et Jana dont la rage augmente au fur et à mesure.
Le seul bémol tient dans le style un peu pompeux:
"Buenos Aires n'était plus qu'une vieille dame emmurée dans ses souvenirs comptant ses derniers bijoux dans le morne Atlantique qui ne la regardait plus."
On s'y fait, mais par moment certaines tournures restent agaçantes.

"Mapuche" est une descente aux enfers à l'état pur dans un pays en proie à ses démons passés, car "un pays sans vérité est un pays sans mémoire."

Posts les plus consultés de ce blog

Birthday Girl, Haruki Murakami

La nouvelle, parue une première fois en 2008 dans le recueil Saules aveugles, femme endormie (Belfond, traduction Hélène Morita) raconte l'étrange anniversaire de la narratrice, le jour de ses vingt ans.

Vingt ans, c'est un cap, c'est le basculement vers l'âge adulte, la fin de l'adolescence. La narratrice l'a bien compris, et pour éviter de trop penser, elle a décidé de faire de son jour d'anniversaire un jour comme les autres. Au lieu de prendre une journée de congé, elle préfère effectuer son travail de serveuse, comme les autres jours de l'année.
Dans le restaurant italien où elle travaille, elle fait maintenant partie des murs, et elle sait comment faire pour ne pas attirer les foudres de son patron. L'ambiance n'est pas des plus géniales, mais au moins on la laisse tranquille ; n'empêche il y flotte comme une atmosphère empreinte d'étrangeté, symbolisée par celle qui trône à la caisse :
"On murmurait qu'elle siégeait là san…

L'Eté de Katya, Trevanian

Récit d'un amour malheureux durant le dernier été avant la Grande Guerre, L'été de Katya est aussi un thriller psychologique qui amène inexorablement le lecteur vers un épilogue dramatique. Jean-Marc Montjean est revenu sur Salies, petit village du Pays Basque d'où il est originaire, après avoir fait ses armes à Paris en tant que médecin. Il assiste le docteur Gros, figure locale et coureur patenté. A Salies tout le monde se connaît, et les rumeurs vont toujours bon train. Depuis quelques temps, la famille Treville est venue emménager à Etcheverria, une propriété quasiment à l'abandon. On sait peu de choses d'eux sinon qu'ils sont très discrets.
"Ce premier coup d’œil, par-dessous mon canotier, fut distrait et rapide, et je replongeai dans mes pensées. Sauf que, presque immédiatement, mon regard fut de nouveau attiré."
Lors d'un après midi à révasser, Jean-Marc croise une ravissante jeune fille qui lui demande de l'aide : son frère est tombé en…

Heather, par dessus-tout, Matthew Weiner

Ed. Gallimard, novembre 2017, collection Du Monde Entier,  traduit de l'anglais (USA) par Céline Leroy, 144 pages, 14.50 €
Titre original : Heather, the totality


Le créateur de la série culte Mad Men raconte dans ce premier roman toute la difficulté de la parentalité masculine dans une Amérique où les rapports de classes se creusent inexorablement.

Depuis la naissance de leur fille Heather, la vie de Mark est un long combat silencieux pour préserver sa place au sein de la famille qu'il a fondée avec Karen. Pour cette dernière, Heather est devenue le centre de tout, au point de mettre de côté sa vie d'épouse.
"En fait, à la seconde où sa fille était née, Karen avait su qu'elle lui consacrerait tout son temps et toute son attention, et ce aussi longtemps qu'elle le pourrait". Elle veut être une mère parfaite, et à défaut d'avoir des amies, veut que les autres femmes à la sortie de l'école la ressentent comme telle. Chacun de leur côté, leur existence …