Accéder au contenu principal

Guide du loser amoureux, Junot Diaz

Ed. Plon, collection Feux Croisés, août 2013, 204 pages, 19 euros

Répétitif


Ecrire un recueil de nouvelles suppose un thème commun fédérateur, c'est pourquoi, les neuf récits proposés dans Le guide du loser amoureux, sont autant de variations sur la relation amoureuse associée à la condition d'immigré.
Junot Diaz est d'origine dominicaine, d'où la facilité déconcertante avec laquelle il écrit sur cette communauté qui a émigrée aux Etats Unis. Ainsi, il met en scène un personnage récurrent, un certain Yunior, assez timide au début, totalement occulté par un grand frère play-boy, Rafa, mais atteint d'une grave maladie, et couvé par une mère envahissante.
Que ce soit les amours de Yunior ou celles de Rafa, toutes ont un point commun: elles ne durent pas! L'un est romantique et tente d'effacer par la musculation un physique ingrat, l'autre consomme l'amour comme on consomme une bonne bière, "prenant la tangente" au fur et à mesure de l'aggravation de sa maladie. Parfois c'est Yunior qui se fait narrateur; il n'hésite pas interpeler ses personnages par un "tu" à la fois fraternel et inquisiteur d'où ressort souvent une pointe de regret, du genre "si j'avais su..."
Souvent, les nouvelles se font écho. Chacune, à sa façon, témoigne de la difficulté d'exprimer ses sentiments à l'autre. Aimer n'est pas une mince affaire:
"Je t'ai dévisagée, tu m'as dévisagé et à cet instant précis, ça a ressemblé à quelque chose comme de l'amour, non?"
Toujours est-il que ce sentiment, s'il existe, est fugace, éphémère, trop souvent abîmé par des considérations extérieures telles la famille, les coutumes du pays, l'infidélité:

Néanmoins, ces neuf nouvelles n'apportent rien de nouveau à la réflexion sur le thème. On lit ces histoires avec un sentiment de frustration. L'auteur n'a pas trouvé le bon tempo, ni sûrement le bon angle d'attaque pour faire de ses récits des pépites d'originalité. L'ensemble est tiède et comble du genre, l'art de la chute, pourtant si important dans une nouvelle, est inexistant.
Finalement, on sort de cette lecture sans avoir eu l'impression de lire un ouvrage exceptionnel.
"Tu as murmuré mon nom complet, on s'est endormis enlacé et je me souviens que le lendemain tu étais partie, partie pour de bon, et qu'il ne restait, ni dans mon lit ni dans la maison aucune trace de ton passage."

Posts les plus consultés de ce blog

Birthday Girl, Haruki Murakami

La nouvelle, parue une première fois en 2008 dans le recueil Saules aveugles, femme endormie (Belfond, traduction Hélène Morita) raconte l'étrange anniversaire de la narratrice, le jour de ses vingt ans.

Vingt ans, c'est un cap, c'est le basculement vers l'âge adulte, la fin de l'adolescence. La narratrice l'a bien compris, et pour éviter de trop penser, elle a décidé de faire de son jour d'anniversaire un jour comme les autres. Au lieu de prendre une journée de congé, elle préfère effectuer son travail de serveuse, comme les autres jours de l'année.
Dans le restaurant italien où elle travaille, elle fait maintenant partie des murs, et elle sait comment faire pour ne pas attirer les foudres de son patron. L'ambiance n'est pas des plus géniales, mais au moins on la laisse tranquille ; n'empêche il y flotte comme une atmosphère empreinte d'étrangeté, symbolisée par celle qui trône à la caisse :
"On murmurait qu'elle siégeait là san…

L'Eté de Katya, Trevanian

Récit d'un amour malheureux durant le dernier été avant la Grande Guerre, L'été de Katya est aussi un thriller psychologique qui amène inexorablement le lecteur vers un épilogue dramatique. Jean-Marc Montjean est revenu sur Salies, petit village du Pays Basque d'où il est originaire, après avoir fait ses armes à Paris en tant que médecin. Il assiste le docteur Gros, figure locale et coureur patenté. A Salies tout le monde se connaît, et les rumeurs vont toujours bon train. Depuis quelques temps, la famille Treville est venue emménager à Etcheverria, une propriété quasiment à l'abandon. On sait peu de choses d'eux sinon qu'ils sont très discrets.
"Ce premier coup d’œil, par-dessous mon canotier, fut distrait et rapide, et je replongeai dans mes pensées. Sauf que, presque immédiatement, mon regard fut de nouveau attiré."
Lors d'un après midi à révasser, Jean-Marc croise une ravissante jeune fille qui lui demande de l'aide : son frère est tombé en…

Heather, par dessus-tout, Matthew Weiner

Ed. Gallimard, novembre 2017, collection Du Monde Entier,  traduit de l'anglais (USA) par Céline Leroy, 144 pages, 14.50 €
Titre original : Heather, the totality


Le créateur de la série culte Mad Men raconte dans ce premier roman toute la difficulté de la parentalité masculine dans une Amérique où les rapports de classes se creusent inexorablement.

Depuis la naissance de leur fille Heather, la vie de Mark est un long combat silencieux pour préserver sa place au sein de la famille qu'il a fondée avec Karen. Pour cette dernière, Heather est devenue le centre de tout, au point de mettre de côté sa vie d'épouse.
"En fait, à la seconde où sa fille était née, Karen avait su qu'elle lui consacrerait tout son temps et toute son attention, et ce aussi longtemps qu'elle le pourrait". Elle veut être une mère parfaite, et à défaut d'avoir des amies, veut que les autres femmes à la sortie de l'école la ressentent comme telle. Chacun de leur côté, leur existence …