Accéder au contenu principal

Une faiblesse de Carlotta Delmont, Fanny Chiarello

 Ed. de l'Olivier, février 2013, 192 p. 18 €

Carlotta Delmont est une mezzo soprano de renom. De passage à Paris pour une série de concerts au Palais Garnier, elle se terre au Ritz, victime de son succès, essayant de sauver sa voix après une mauvaise bronchite. Guérie, elle se sent prête à se montrer en public, à chanter, et pourtant, un jour d’avril 1927, elle va disparaître pendant deux semaines.
Certains pensent que c’est « un canular monté par la direction du palais Garnier en vue de monter la plus grande campagne de publicité jamais orchestrée pour un opéra », d’autres y voient une situation inquiétante, d’autres encore une lubie venant d’une femme ayant tendance à vivre avec passion ses rôles et confondant peut-être scène et réalité…
Bref, les rumeurs circulent, les journaux s’en mêlent, il y a même des lettres anonymes. Sans véritablement la connaître, les journalistes en font « une femme à la sensibilité exacerbée qui s’identifie aux héroïnes auxquelles elle prête sa voix ». Pourtant sa gouvernante Ida et son partenaire de scène Anselmo défendent sa réputation. Selon ce dernier, amoureux d’elle et amant, « elle est faite pour aimer » ; Ida, elle, pense que « Madame a disparu à un moment particulier de sa vie de femme ».
Finalement, on pérore beaucoup, mais personne ne sait où se trouve la cantatrice…
Or, deux semaines plus tard, Carlotta réapparaît, rayonnante, les cheveux coupés (ce qui en 1927 est signe d’avant-gardisme), mais muette quant aux motifs de sa disparition. Tout juste sait-on qu’elle a vécu une vie de bohème parisienne et a su rester incognito.
Mais cette « prise de liberté » est très mal vue. Les journaux écrivent que « Carlotta Delmont est allée chercher dans les rues parisiennes ce que le Ritz ne pouvait lui proposer, de même qu’elle est allée chercher dans l’Opéra, ce que la vie ne pouvait lui offrir ». Anselmo, son amant, ne lui pardonne pas son escapade : soupçonné par la police de l’avoir tuée, il lui en veut. Son impresario, Gabriel, qui s’avère être l’homme avec qui elle vit et qui a fait d’elle une star, se sent aussi floué. Il se rend compte que son amour pour elle est vain. Pour sauver les apparences, il décide d’en faire « une créature inapte au réel »…
Tout s’écroule autour de Carlotta Delmont. Afin de garder un semblant de cohérence dans cette nouvelle vie, elle écrit un journal intime. De Gabriel, elle dit que s’il était le seul homme au monde, « le monde sans exception deviendrait claustrophobe ». D’Anselmo, elle comprend sa fierté masculine mal placée. Ne lui reste plus que la fidélité d’Ida. Ainsi, ses deux semaines de liberté, elle les conçoit comme « une perpendiculaire » dans son quotidien tout tracé, dans lequel son désir de vraie vie et d’anonymat a pris le dessus sur le reste. Se faire passer pour une autre c’était aussi un peu revivre. Ni remords, ni regrets donc, mais elle en paye désormais le prix.
La structure du roman est à l’image de son héroïne : originale et audacieuse. La faiblesse de la cantatrice est racontée à travers des lettres, des articles de journaux, d’extraits de journal intime, d’une carte postale… Le dénouement est raconté sous une forme théâtrale. Est-ce là le moyen de dire que Carlotta est avant tout un personnage de fiction ?
De cette structure protéiforme, ressort l’idée selon laquelle Carlotta a fui un entourage anxiogène et asphyxiant. Prise en charge et « modelée » depuis ses quatorze ans, elle a le sentiment, à trente ans, de n’avoir pas vécu. Cependant, ce qui passerait inaperçu à notre époque, devient une « affaire d’état », car en 1927 les conventions et les mœurs ne répondaient pas aux mêmes principes.
Folle ou trop lucide ? Femme libre ou caprice d’une femme insatisfaite ? C’est au lecteur de forger sa propre opinion. Carlotta Delmont est un personnage attachant et sa faiblesse une parenthèse dans sa vie que son entourage lui fera vivre comme un fardeau.

Posts les plus consultés de ce blog

Birthday Girl, Haruki Murakami

La nouvelle, parue une première fois en 2008 dans le recueil Saules aveugles, femme endormie (Belfond, traduction Hélène Morita) raconte l'étrange anniversaire de la narratrice, le jour de ses vingt ans.

Vingt ans, c'est un cap, c'est le basculement vers l'âge adulte, la fin de l'adolescence. La narratrice l'a bien compris, et pour éviter de trop penser, elle a décidé de faire de son jour d'anniversaire un jour comme les autres. Au lieu de prendre une journée de congé, elle préfère effectuer son travail de serveuse, comme les autres jours de l'année.
Dans le restaurant italien où elle travaille, elle fait maintenant partie des murs, et elle sait comment faire pour ne pas attirer les foudres de son patron. L'ambiance n'est pas des plus géniales, mais au moins on la laisse tranquille ; n'empêche il y flotte comme une atmosphère empreinte d'étrangeté, symbolisée par celle qui trône à la caisse :
"On murmurait qu'elle siégeait là san…

L'Eté de Katya, Trevanian

Récit d'un amour malheureux durant le dernier été avant la Grande Guerre, L'été de Katya est aussi un thriller psychologique qui amène inexorablement le lecteur vers un épilogue dramatique. Jean-Marc Montjean est revenu sur Salies, petit village du Pays Basque d'où il est originaire, après avoir fait ses armes à Paris en tant que médecin. Il assiste le docteur Gros, figure locale et coureur patenté. A Salies tout le monde se connaît, et les rumeurs vont toujours bon train. Depuis quelques temps, la famille Treville est venue emménager à Etcheverria, une propriété quasiment à l'abandon. On sait peu de choses d'eux sinon qu'ils sont très discrets.
"Ce premier coup d’œil, par-dessous mon canotier, fut distrait et rapide, et je replongeai dans mes pensées. Sauf que, presque immédiatement, mon regard fut de nouveau attiré."
Lors d'un après midi à révasser, Jean-Marc croise une ravissante jeune fille qui lui demande de l'aide : son frère est tombé en…

Heather, par dessus-tout, Matthew Weiner

Ed. Gallimard, novembre 2017, collection Du Monde Entier,  traduit de l'anglais (USA) par Céline Leroy, 144 pages, 14.50 €
Titre original : Heather, the totality


Le créateur de la série culte Mad Men raconte dans ce premier roman toute la difficulté de la parentalité masculine dans une Amérique où les rapports de classes se creusent inexorablement.

Depuis la naissance de leur fille Heather, la vie de Mark est un long combat silencieux pour préserver sa place au sein de la famille qu'il a fondée avec Karen. Pour cette dernière, Heather est devenue le centre de tout, au point de mettre de côté sa vie d'épouse.
"En fait, à la seconde où sa fille était née, Karen avait su qu'elle lui consacrerait tout son temps et toute son attention, et ce aussi longtemps qu'elle le pourrait". Elle veut être une mère parfaite, et à défaut d'avoir des amies, veut que les autres femmes à la sortie de l'école la ressentent comme telle. Chacun de leur côté, leur existence …