Accéder au contenu principal

Sacrifice à la lune, Marcus Sedgwick

Ed Thierry Magnier,traduit de l'anglais (GB) par Valérie Dayre, août 2013. 336 p, 14,90 €

Marcus Sedgwick avait enthousiasmé ses lecteurs avec Revolver son précédent roman, huis clos au cœur du Grand Nord. Cette fois-ci, l'auteur a choisi d'écrire un roman inspiré essentiellement d'un tableau contemporain du peintre Carl Larsson, exposé au Musée National de Stockholm, le Mindvinterblot.
Au lieu de roman, autant filé la métaphore rupestre et employer le mot fresque. En effet, Sacrifice à la Lune est une histoire ambitieuse, étalée sur plusieurs siècles (entre le Xème et 2073 pour être plus précis), remettant en scène, à chaque fois, les mêmes personnages: Eric et Merle. Ils s'aiment, mais seule la nature de leur amour change au fil du temps. En effet, parfois, ils sont amants, parfois frères et sœurs, parfois père et fille ou mère et fils. Cependant, leur relation reste fusionnelle et entière. Le temps a beau leur ôter tout souvenir, il reste en eux cette sensation de se connaître depuis longtemps, de se compléter :
"Un déclic, c'est tout. Comme il a senti un déclic en voyant Merle."
Eric et Merle évoluent sur l'Ile de Blessed, qualifiée par certain d'île des Bienheureux, par d'autres, île sanglante. A cet endroit, ce ne sont pas les saisons qui rythment la vie des habitants, mais bien la lune. C'est elle qui date les événements; floraison, fenaison, fruitière ou encore sanglante, chacune symbolise un événement ou une tâche à accomplir. Surtout, elle évite le sentiment de l'oubli à travers les générations:
"Les jours passent.
Une journée se fond dans la suivante, le soleil immuable unifiant le passage du temps calendaire en une unique et longue symphonie de joie. De beauté, de joie, et d'oubli.
Toujours l'oubli.
Les jours passent."
En effet, l'auteur insiste sur le fait que l'oubli est un phénomène inquiétant sur cette île. Peut-être est-il généré par la tisane concoctée à partir de la fleur de Dragon qui ne pousse que sur la partie Ouest de Blessed. En tout cas, inexorablement, Eric et Merle se réincarnent, se retrouvent, et s'aiment.
Au fur et à mesure du récit, le lecteur comprend bien qu'il y a une malédiction derrière tout ça, que tout est trop beau pour être honnête, car si on observe bien le tableau référent, il s'agit d'une scène de sacrifice royal…
Plus on avance dans le récit, plus on remonte le temps, plus la clé de l'énigme se dévoile. Sedgwick a fait le choix de chapitres courts, ordonnés en parties bien cloisonnées, pour mener le lecteur vers l'effroyable vérité.
Vampirisme, fantastique, malédiction, amour, autant de thèmes qui, mis ensemble, forme une fresque flamboyante. Les amours d'Eric et Merle se consument à travers le temps, tout comme le terrible secret qui les unit, car "il en va ainsi".

Posts les plus consultés de ce blog

Birthday Girl, Haruki Murakami

La nouvelle, parue une première fois en 2008 dans le recueil Saules aveugles, femme endormie (Belfond, traduction Hélène Morita) raconte l'étrange anniversaire de la narratrice, le jour de ses vingt ans.

Vingt ans, c'est un cap, c'est le basculement vers l'âge adulte, la fin de l'adolescence. La narratrice l'a bien compris, et pour éviter de trop penser, elle a décidé de faire de son jour d'anniversaire un jour comme les autres. Au lieu de prendre une journée de congé, elle préfère effectuer son travail de serveuse, comme les autres jours de l'année.
Dans le restaurant italien où elle travaille, elle fait maintenant partie des murs, et elle sait comment faire pour ne pas attirer les foudres de son patron. L'ambiance n'est pas des plus géniales, mais au moins on la laisse tranquille ; n'empêche il y flotte comme une atmosphère empreinte d'étrangeté, symbolisée par celle qui trône à la caisse :
"On murmurait qu'elle siégeait là san…

L'Eté de Katya, Trevanian

Récit d'un amour malheureux durant le dernier été avant la Grande Guerre, L'été de Katya est aussi un thriller psychologique qui amène inexorablement le lecteur vers un épilogue dramatique. Jean-Marc Montjean est revenu sur Salies, petit village du Pays Basque d'où il est originaire, après avoir fait ses armes à Paris en tant que médecin. Il assiste le docteur Gros, figure locale et coureur patenté. A Salies tout le monde se connaît, et les rumeurs vont toujours bon train. Depuis quelques temps, la famille Treville est venue emménager à Etcheverria, une propriété quasiment à l'abandon. On sait peu de choses d'eux sinon qu'ils sont très discrets.
"Ce premier coup d’œil, par-dessous mon canotier, fut distrait et rapide, et je replongeai dans mes pensées. Sauf que, presque immédiatement, mon regard fut de nouveau attiré."
Lors d'un après midi à révasser, Jean-Marc croise une ravissante jeune fille qui lui demande de l'aide : son frère est tombé en…

Heather, par dessus-tout, Matthew Weiner

Ed. Gallimard, novembre 2017, collection Du Monde Entier,  traduit de l'anglais (USA) par Céline Leroy, 144 pages, 14.50 €
Titre original : Heather, the totality


Le créateur de la série culte Mad Men raconte dans ce premier roman toute la difficulté de la parentalité masculine dans une Amérique où les rapports de classes se creusent inexorablement.

Depuis la naissance de leur fille Heather, la vie de Mark est un long combat silencieux pour préserver sa place au sein de la famille qu'il a fondée avec Karen. Pour cette dernière, Heather est devenue le centre de tout, au point de mettre de côté sa vie d'épouse.
"En fait, à la seconde où sa fille était née, Karen avait su qu'elle lui consacrerait tout son temps et toute son attention, et ce aussi longtemps qu'elle le pourrait". Elle veut être une mère parfaite, et à défaut d'avoir des amies, veut que les autres femmes à la sortie de l'école la ressentent comme telle. Chacun de leur côté, leur existence …