Accéder au contenu principal

Revue Brèves, Le rêve sans fin, Août 2013

 Collectif, Revue Brèves, Le rêve sans fin, Editions PLN, août 2013,  Nouvelles et textes réunis par Hubert Haddad, 173 pages, 18 €

Il serait fastidieux d’énumérer le contenu de chacune des vingt et une nouvelles qui composent le recueil. En effet, cet artifice n’éclairerait pas le lecteur potentiel sur l’ensemble, mais obscurcirait à coup sûr l’idée qu’il se fait de la lecture d’« une anthologie permanente de la nouvelle ».

« Fermez les yeux avant de les ouvrir ».
Fort de ce conseil d’André Breton, rappelé dans le texte de Frédérick Tristan, Hubert Haddad a rassemblé des nouvelles issues d’univers littéraires différents, « celles qui cinglent une bonne fois la durée charretière du roman, impliquent presque toujours suspense, humour infusible, chute dans l’exosphère, fatale irrésolution, mise sur orbite inexplorée, nouveau paradoxe de Zénon, signal Wow ! La dimension magique n’étant rien d’autre qu’un approfondissement de la réalité, sa mise en perspective fantasque, l’invention inépuisable de ce qu’elle semble être ou n’être point ».
Ecrire une nouvelle est exercice difficile car il s’agit de raconter une histoire captivante en peu de lignes, et de manier l’art de la chute. Les contraintes du genre sont nombreuses, mais hormis les deux « obligations » citées plus haut, l’auteur est libre d’emmener le lecteur où il veut. Dans les Noix de coco, Gary Victor insiste sur la liberté créatrice de l’auteur, sur la nécessité d’une inspiration non censurée, même si cette dernière est à l’origine de difficultés conjugales ! Ainsi, Hugues Simard nous emmène vers les chimères des rues parisiennes ; Tristan Félix se fait narrateur omniscient d’une journée d’été dans un quartier. Enfin, Sylvain Jouty dans Sauver ma peau, narre les mœurs étranges du pays de Sgurr où chaque habitant écrit son propre livre :
« Ici, chaque homme est un livre, et chaque livre est un homme ; voici pourquoi les vôtres vous ont été confisqués ».
Chaque nouvelle est découverte d’un lieu réel ou fantasmé.
« Ecrire c’est attiser le feu » explique Frédérick Tristan. C’est aussi emmener le lecteur vers des contrées inexplorées aux confins du fantastique et de la poésie. Dans La brocante mystique, Châteaureynaud confronte son personnage, amateur de changement et rebelle à toute forme de « vieilleries », à l’usure du temps, en lui faisant affectionner de vieux clichés.
Justement, la question du personnage est essentielle. Il faut un bon personnage pour porter une bonne nouvelle car il est seul. N’est-ce pas ce que François Coupry explique dans Le jour où j’ai su que je n’étais pas humain ?
« J’étais dans mon rôle, comme tout bon personnage de roman, tout bon acteur : un monde d’opérette ne dit-il pas de ressentir de la haine pour des terrestres qu’il doit forcément combattre dans la guerre des Etoiles ? »
Le narrateur, professeur au Centre Romain d’Etudes des Récits de l’Imaginaire se transforme peu à peu en monstre vert…
L’imaginaire est primordial dans les nouvelles de ce recueil. Il peut être un « vécu fictionnalisé » ou issu de l’imagination libre de l’auteur. Dans Effet secondaire, Eric Faye raconte l’histoire d’un homme capable d’entendre les pensées intimes des gens à cause d’une otite mal soignée. Tout savoir sur tout devient un fardeau :
« Il souffrait, nostalgique, d’un âge d’or où tout n’était peut-être que simulacre mais où la lucidité ne l’accablait pas ».
Ces voix, Faye les appelle « les serpents qui sifflent dans les égouts de l’esprit ». Elles rappellent celle du narrateur de Cendres, la nouvelle d’Anne Mulpas : un homme au chômage, en fin de droit, décide de monopoliser la parole devant l’employée de Pôle Emploi, car parler, c’est exister encore un peu :
« Je me suis éteint (…) Une extinction pure et simple quasi indolore. Je suis devenu un hommes de cendres et lorsqu’ils m’ont licencié il y a deux ans, j’ai accepté sans broncher, sans me battre pour de meilleures indemnités ».
Parler oui, mais pas de logorrhée verbale. Parler pour exorciser sa peur, pour vaincre le traumatisme. Dans Hptel, Christine Balbo met en scène Laeta Loquax, une joyeuse bavarde, la veille d’une opération bénigne. Descendue pour fumer une dernière cigarette, elle se retrouve coincée hors de l’hôpital, à passer la nuit sur l’esplanade, « parvis de cathédrale pour cour des miracles », avec des compagnons d’infortune.
Hptel, ou Hôpital Privé de l’Est Lyonnais ; le T synonyme de Trauma pour chaque patient :
« Autour du brasero chacun y alla de son histoire, véridique ou fantasmée. Les membres manquants s’étaient perdus dans la ferraille d’un accident de grue, dans un défi de rodéo de banlieue, dans un duel au cran d’arrêt, sous une machine outil ».
La force de la nouvelle c’est de convaincre le lecteur qu’il est partout chez lui et nulle part à la fois.Nowhere at home pense Hubbert Haddad qui anticipe une France avec des frontières du Sud rétablies, victime d’un accident nucléaire majeur :
« Mais l’apocalypse n’est qu’une saison du monde et le déluge, sans doute, qu’une façon d’arroser son jardin ».
Le rêve sans fin parle du temps qui passe, du temps passé et celui à venir. Ses personnages sont mystiques, chimériques, évanescents, parfois fous comme Efferhorn raconté par Marc Petit. Nous sommes loin des lois du roman où plusieurs personnages participent, souvent, à la narration. Tout est unique dans la nouvelle : unité de temps, d’action, de lieu, de personnage. La force du recueil est de transformer cette unicité en multiplicité sélective.
Tous les écrivains publiés dans cette livraison de Brèves développent une littérature basée sur l’imaginaire et la fiction, éloignée des carcans du réalisme ou du psychologisme. Ils incarnent une branche méprisée du « roman français ». Les réunir dans un ouvrage collectif témoigne de la volonté de changer les mentalités et d’apporter un regard neuf sur le genre. Pour cela, saluons la revue Brèvesqui, depuis 1981, soutient, diffuse et fait connaître les auteurs de nouvelles

Posts les plus consultés de ce blog

Birthday Girl, Haruki Murakami

La nouvelle, parue une première fois en 2008 dans le recueil Saules aveugles, femme endormie (Belfond, traduction Hélène Morita) raconte l'étrange anniversaire de la narratrice, le jour de ses vingt ans.

Vingt ans, c'est un cap, c'est le basculement vers l'âge adulte, la fin de l'adolescence. La narratrice l'a bien compris, et pour éviter de trop penser, elle a décidé de faire de son jour d'anniversaire un jour comme les autres. Au lieu de prendre une journée de congé, elle préfère effectuer son travail de serveuse, comme les autres jours de l'année.
Dans le restaurant italien où elle travaille, elle fait maintenant partie des murs, et elle sait comment faire pour ne pas attirer les foudres de son patron. L'ambiance n'est pas des plus géniales, mais au moins on la laisse tranquille ; n'empêche il y flotte comme une atmosphère empreinte d'étrangeté, symbolisée par celle qui trône à la caisse :
"On murmurait qu'elle siégeait là san…

L'Eté de Katya, Trevanian

Récit d'un amour malheureux durant le dernier été avant la Grande Guerre, L'été de Katya est aussi un thriller psychologique qui amène inexorablement le lecteur vers un épilogue dramatique. Jean-Marc Montjean est revenu sur Salies, petit village du Pays Basque d'où il est originaire, après avoir fait ses armes à Paris en tant que médecin. Il assiste le docteur Gros, figure locale et coureur patenté. A Salies tout le monde se connaît, et les rumeurs vont toujours bon train. Depuis quelques temps, la famille Treville est venue emménager à Etcheverria, une propriété quasiment à l'abandon. On sait peu de choses d'eux sinon qu'ils sont très discrets.
"Ce premier coup d’œil, par-dessous mon canotier, fut distrait et rapide, et je replongeai dans mes pensées. Sauf que, presque immédiatement, mon regard fut de nouveau attiré."
Lors d'un après midi à révasser, Jean-Marc croise une ravissante jeune fille qui lui demande de l'aide : son frère est tombé en…

Heather, par dessus-tout, Matthew Weiner

Ed. Gallimard, novembre 2017, collection Du Monde Entier,  traduit de l'anglais (USA) par Céline Leroy, 144 pages, 14.50 €
Titre original : Heather, the totality


Le créateur de la série culte Mad Men raconte dans ce premier roman toute la difficulté de la parentalité masculine dans une Amérique où les rapports de classes se creusent inexorablement.

Depuis la naissance de leur fille Heather, la vie de Mark est un long combat silencieux pour préserver sa place au sein de la famille qu'il a fondée avec Karen. Pour cette dernière, Heather est devenue le centre de tout, au point de mettre de côté sa vie d'épouse.
"En fait, à la seconde où sa fille était née, Karen avait su qu'elle lui consacrerait tout son temps et toute son attention, et ce aussi longtemps qu'elle le pourrait". Elle veut être une mère parfaite, et à défaut d'avoir des amies, veut que les autres femmes à la sortie de l'école la ressentent comme telle. Chacun de leur côté, leur existence …