Accéder au contenu principal

Quelque chose de merveilleux et d'effrayant, Eric Pessan


Ed Thierry Magnier, Quentin Bertoux (photographies), mars 2012, Collection photo-roman, 88 p. 9.20 €




« Le matin où le monde entier a basculé, j’ai entendu ce long cri ». Telles sont les paroles du narrateur, jeune adolescent vivant seul avec sa mère, lorsque la magie est apparue dans son quotidien. Correspondant bizarrement avec la disparition de son père, les objets perdent d’un seul coup leurs réflexes d’apesanteur et deviennent libres. Dès le départ, on sent qu’il s’est passé quelque chose de grave dans ce foyer où, apparemment, la communication est secondaire. Alors, pour compenser, l’adolescent se met à imaginer un autre possible dans lequel le quotidien est imprégné de magie. Seulement, il est le seul à s’en apercevoir. Que ce soit au collège où à la maison, son entourage ne semble pas réceptif à ce qui se passe d’exceptionnel autour d’eux… Et, plus sa mère sombre dans un état dépressif, plus la réalité s’efface au profit d’un monde fantastique davantage attrayant ; une échappatoire en quelque sorte.
Photo Quentin Bertoux
La vraie magie, selon lui, n’est pas la magie des lapins dans un chapeau, « elle est illogique, incontrôlable, nécessaire, terrifiante et magnifique ». Elle lui permet de rompre avec la monotonie, la douleur du quotidien, et les dissonances du monde réel. Et toujours, en filigrane, ce questionnement sur la disparition du père : où se cache-t-il depuis cette fameuse nuit ? Que devient-il ?
On comprend alors que seule une rupture du silence entre la mère et le fils, ainsi que le courage de pouvoir mettre des mots sur la douleur de la séparation permettront un retour à la réalité.
Les paragraphes sont courts, commençant souvent par un mot clé : lenteur / magie / silence / surprise, par exemple, mais au fur et à mesure, ces mots expriment la souffrance : trou noir / mépris / pleurs… Eric Pessan oppose systématiquement le merveilleux d’un nouvel espace dans lequel le narrateur évolue au silence effrayant de la mère.
Photo Quentin Bertoux
La narration est renforcée par des photos insolites de Quentin Bertoux. D’ailleurs, le récit s’appuie sur la thématique proposée par le photographe. Le personnage récurrent, un homme en complet noir portant un chapeau melon, fait incontestablement penser aux tableaux de Magritte, et propose d’emblée une entrée dans l’univers fantastique.
Eric Pessan n’est pas à son coup d’essai. Dans La Fête Immobile, une série de clichés d’Hervé Plumet l’avait inspiré. D’ailleurs, encore une fois, on retrouve des thèmes chers à l’auteur : une jeunesse désorientée, un questionnement permanent sur le non-dit, et surtout ce traitement original du silence qui fait qu’il devient un personnage à part entière dont seul sa destruction et son effacement viendront au bout du récit.

Posts les plus consultés de ce blog

Birthday Girl, Haruki Murakami

La nouvelle, parue une première fois en 2008 dans le recueil Saules aveugles, femme endormie (Belfond, traduction Hélène Morita) raconte l'étrange anniversaire de la narratrice, le jour de ses vingt ans.

Vingt ans, c'est un cap, c'est le basculement vers l'âge adulte, la fin de l'adolescence. La narratrice l'a bien compris, et pour éviter de trop penser, elle a décidé de faire de son jour d'anniversaire un jour comme les autres. Au lieu de prendre une journée de congé, elle préfère effectuer son travail de serveuse, comme les autres jours de l'année.
Dans le restaurant italien où elle travaille, elle fait maintenant partie des murs, et elle sait comment faire pour ne pas attirer les foudres de son patron. L'ambiance n'est pas des plus géniales, mais au moins on la laisse tranquille ; n'empêche il y flotte comme une atmosphère empreinte d'étrangeté, symbolisée par celle qui trône à la caisse :
"On murmurait qu'elle siégeait là san…

L'Eté de Katya, Trevanian

Récit d'un amour malheureux durant le dernier été avant la Grande Guerre, L'été de Katya est aussi un thriller psychologique qui amène inexorablement le lecteur vers un épilogue dramatique. Jean-Marc Montjean est revenu sur Salies, petit village du Pays Basque d'où il est originaire, après avoir fait ses armes à Paris en tant que médecin. Il assiste le docteur Gros, figure locale et coureur patenté. A Salies tout le monde se connaît, et les rumeurs vont toujours bon train. Depuis quelques temps, la famille Treville est venue emménager à Etcheverria, une propriété quasiment à l'abandon. On sait peu de choses d'eux sinon qu'ils sont très discrets.
"Ce premier coup d’œil, par-dessous mon canotier, fut distrait et rapide, et je replongeai dans mes pensées. Sauf que, presque immédiatement, mon regard fut de nouveau attiré."
Lors d'un après midi à révasser, Jean-Marc croise une ravissante jeune fille qui lui demande de l'aide : son frère est tombé en…

Heather, par dessus-tout, Matthew Weiner

Ed. Gallimard, novembre 2017, collection Du Monde Entier,  traduit de l'anglais (USA) par Céline Leroy, 144 pages, 14.50 €
Titre original : Heather, the totality


Le créateur de la série culte Mad Men raconte dans ce premier roman toute la difficulté de la parentalité masculine dans une Amérique où les rapports de classes se creusent inexorablement.

Depuis la naissance de leur fille Heather, la vie de Mark est un long combat silencieux pour préserver sa place au sein de la famille qu'il a fondée avec Karen. Pour cette dernière, Heather est devenue le centre de tout, au point de mettre de côté sa vie d'épouse.
"En fait, à la seconde où sa fille était née, Karen avait su qu'elle lui consacrerait tout son temps et toute son attention, et ce aussi longtemps qu'elle le pourrait". Elle veut être une mère parfaite, et à défaut d'avoir des amies, veut que les autres femmes à la sortie de l'école la ressentent comme telle. Chacun de leur côté, leur existence …