Accéder au contenu principal

L'éternité n'est pas si longue, Fanny Chiarello

  Ed Points Seuil, février, 2013, 304 pages, 7.2 euros

J'ai cru

"Le jour où la variole a frappé, je savais que l'Humanité serait trop orgueilleuse pour y survivre".
Nora trimballe avec elle son "vertige existentiel chronique" et la certitude que , quoi qu'on fasse, nous sommes de misérables mortels. Avec le temps, elle est moins esclave de ses émotions, vit ses amours (surtout avec Pauline) comme "des jours suprêmes", mais ses repères du quotidien, elle les doit à ses trois amis : Miriam, Judith et son cousin Raymond.
Lorsque la variole refait son apparition d'abord de façon isolée, puis en véritable pandémie internationale, Nora pense qu'il n'existe que "des stratégies d'évitement". Ainsi, elle se dégage de toutes ses obligations professionnelles, pense à s'isoler, puis décide de recoller au monde qui l'entoure :
"Je ne dois plus m'isoler, du moins pas tout le temps: si je veux demeurer au cœur du monde, il faut que je demeure aussi parmi mes semblables puisque ce sont eux qui ont dessiné le monde tel que je le connais, tel que j'ai appris à l'aimer."
Les mois passent et les amis décident de vivre ensemble dans une belle maison bourgeoise, eux "les ratures sur le brouillon social".
Au fur et à mesure que l'épidémie se propage, Nora s'enfonce dans un pessimisme et un cynisme redoutables au point d'agacer ses colocataires qui, eux, continuent de travailler afin de lutter contre l'inévitable. "En ce qui me concerne, la mort ne m'a jamais aussi peu effrayée que depuis qu'elle a pris un visage, annoncé son nom et ses méthodes", pense Nora, mais cet excès de lucidité sur ce monde à l'agonie ne l'empêche-t-il pas de savourer les derniers moments ?

Fanny Chiarello propose une réflexion originale sur le sens de la vie, de l'amitié et de la famille quand on sait que nos jours sont comptés à cause d'une maladie endémique. Avec le "je" introspectif, Nora raconte son histoire, ses états d'âme et se libère dans l'écriture de petits carnets : "l'infini des possibles rue au seuil de mon carnet". Je ne suis jamais nostalgique de rien" affirme-t-elle, c'est pourquoi il convient de vivre l'instant présent comme s'il était le dernier, et faire comme si la variole était un concept et nom une réalité.
Un très bon roman aux accents d'éternité.
Et si le sens de la vie c'était retrouver le silence?

Posts les plus consultés de ce blog

Birthday Girl, Haruki Murakami

La nouvelle, parue une première fois en 2008 dans le recueil Saules aveugles, femme endormie (Belfond, traduction Hélène Morita) raconte l'étrange anniversaire de la narratrice, le jour de ses vingt ans.

Vingt ans, c'est un cap, c'est le basculement vers l'âge adulte, la fin de l'adolescence. La narratrice l'a bien compris, et pour éviter de trop penser, elle a décidé de faire de son jour d'anniversaire un jour comme les autres. Au lieu de prendre une journée de congé, elle préfère effectuer son travail de serveuse, comme les autres jours de l'année.
Dans le restaurant italien où elle travaille, elle fait maintenant partie des murs, et elle sait comment faire pour ne pas attirer les foudres de son patron. L'ambiance n'est pas des plus géniales, mais au moins on la laisse tranquille ; n'empêche il y flotte comme une atmosphère empreinte d'étrangeté, symbolisée par celle qui trône à la caisse :
"On murmurait qu'elle siégeait là san…

L'Eté de Katya, Trevanian

Récit d'un amour malheureux durant le dernier été avant la Grande Guerre, L'été de Katya est aussi un thriller psychologique qui amène inexorablement le lecteur vers un épilogue dramatique. Jean-Marc Montjean est revenu sur Salies, petit village du Pays Basque d'où il est originaire, après avoir fait ses armes à Paris en tant que médecin. Il assiste le docteur Gros, figure locale et coureur patenté. A Salies tout le monde se connaît, et les rumeurs vont toujours bon train. Depuis quelques temps, la famille Treville est venue emménager à Etcheverria, une propriété quasiment à l'abandon. On sait peu de choses d'eux sinon qu'ils sont très discrets.
"Ce premier coup d’œil, par-dessous mon canotier, fut distrait et rapide, et je replongeai dans mes pensées. Sauf que, presque immédiatement, mon regard fut de nouveau attiré."
Lors d'un après midi à révasser, Jean-Marc croise une ravissante jeune fille qui lui demande de l'aide : son frère est tombé en…

Heather, par dessus-tout, Matthew Weiner

Ed. Gallimard, novembre 2017, collection Du Monde Entier,  traduit de l'anglais (USA) par Céline Leroy, 144 pages, 14.50 €
Titre original : Heather, the totality


Le créateur de la série culte Mad Men raconte dans ce premier roman toute la difficulté de la parentalité masculine dans une Amérique où les rapports de classes se creusent inexorablement.

Depuis la naissance de leur fille Heather, la vie de Mark est un long combat silencieux pour préserver sa place au sein de la famille qu'il a fondée avec Karen. Pour cette dernière, Heather est devenue le centre de tout, au point de mettre de côté sa vie d'épouse.
"En fait, à la seconde où sa fille était née, Karen avait su qu'elle lui consacrerait tout son temps et toute son attention, et ce aussi longtemps qu'elle le pourrait". Elle veut être une mère parfaite, et à défaut d'avoir des amies, veut que les autres femmes à la sortie de l'école la ressentent comme telle. Chacun de leur côté, leur existence …