Accéder au contenu principal

Le tennis est un sport romantique, Arnaud Friedmann

Ed Jean Claude Lattès, août 2013, 250 pages, 17 euro

Et si mon père était John McEnroe?


10 juin 1984. Dans son modeste appartement de Besançon, Hélène et son fils Julien, cinq ans, trompent l’ennui en regardant la finale de Roland-Garros, opposant John McEnroe et Yvan Lendl.
Entre McEnroe et Hélène c’est une longue histoire, enfin surtout pour la jeune femme. Fille au pair en 1978 aux Etats-Unis, elle a rencontré le tennisman le temps d’une photo, à la sortie d’un tournoi. Depuis, le champion hante son esprit, occupe ses pensées. Elle suit ses moindres faits et gestes et découpe les journaux.
McEnroe incarne le souvenir d’un passé où tout était encore possible. Depuis, Julien est arrivé. Tout est compliqué. Hélène est dépressive, pas prête pour assumer une maternité plus que contrariée. Alors, bizarrement, pour faire taire le petit qui encourage Lendl, elle lui annonce que John McEnroe est son père mais qu’il faut garder le secret.
Pour le bambin, cette révélation est un choc. Le tennisman va devenir ce à quoi Julien veut ressembler : un grand joueur de tennis, indépendant et au caractère bien trempé.
« Du sang irlandais battait dans ses veines. Ça suffisait, ça changeait tout ».
Trop petit à l’époque pour remettre en cause la confession d’Hélène, il ne pense même pas en grandissant à remettre en question cette paternité fantasmée. Hélène, elle « n’a le courage d’aucune révolte, d’aucun changement ».
« Elle ne se souvient plus à quoi ressemblaient ses rêves, mais sa silhouette enrobée dans un appartement étroit leur fait échec à tous, comme les cachets qu’elle avale et la présence insupportable de son fils ».
En effet, Julien l’insupporte de plus en plus, si bien qu’il trouve refuge et réconfort dans les familles de ses amis du tennis club ou du collège. La dépression aidant, la jeune femme se persuade d’une liaison avec le champion de tennis des années 80.
Paradoxalement cette paternité et relation amoureuse fantasmées vont aider la mère et le fils. John McEnroe va incarner bien malgré lui la référence, le modèle qu’il faut suivre pour ne pas sombrer et avoir un objectif dans la vie. Dans le brouillard médicamenteux, Hélène se raccroche au jeune homme croisé un après midi de 1978…
Arnaud Friedmann propose ici un roman d’initiation très contemporain. En partant du principe que l’enfant a besoin d’un référent, il imagine que ce dernier est un numéro un mondial de tennis. Le lien du sang est si bien fantasmé que le lecteur se pose vraiment la question de la véracité de la chose. Et si John et Hélène s’étaient vraiment aimés finalement ? A force de s’en persuader, elle emmène aussi le lecteur dans son délire. Maladroitement, Hélène a fourni les clés de la réussite à Julien en lui fournissant une paternité mythique.
John McEnroe (source web)
Ce roman se lit agréablement mais atteint très vite sa limite fictionnelle, d’où un certain « ronronnement » en milieu de récit. On retiendra surtout le personnage d’Hélène, s’accrochant à son passé, et tentant avec les moyens qu’elle peut de devenir une mère digne de ce nom.

Ce roman devait s’appeler « le fils de John McEnroe ». L’éditeur, suite au précédent subi par Grégoire Delacourt, a préféré changer le titre.

Posts les plus consultés de ce blog

Birthday Girl, Haruki Murakami

La nouvelle, parue une première fois en 2008 dans le recueil Saules aveugles, femme endormie (Belfond, traduction Hélène Morita) raconte l'étrange anniversaire de la narratrice, le jour de ses vingt ans.

Vingt ans, c'est un cap, c'est le basculement vers l'âge adulte, la fin de l'adolescence. La narratrice l'a bien compris, et pour éviter de trop penser, elle a décidé de faire de son jour d'anniversaire un jour comme les autres. Au lieu de prendre une journée de congé, elle préfère effectuer son travail de serveuse, comme les autres jours de l'année.
Dans le restaurant italien où elle travaille, elle fait maintenant partie des murs, et elle sait comment faire pour ne pas attirer les foudres de son patron. L'ambiance n'est pas des plus géniales, mais au moins on la laisse tranquille ; n'empêche il y flotte comme une atmosphère empreinte d'étrangeté, symbolisée par celle qui trône à la caisse :
"On murmurait qu'elle siégeait là san…

L'Eté de Katya, Trevanian

Récit d'un amour malheureux durant le dernier été avant la Grande Guerre, L'été de Katya est aussi un thriller psychologique qui amène inexorablement le lecteur vers un épilogue dramatique. Jean-Marc Montjean est revenu sur Salies, petit village du Pays Basque d'où il est originaire, après avoir fait ses armes à Paris en tant que médecin. Il assiste le docteur Gros, figure locale et coureur patenté. A Salies tout le monde se connaît, et les rumeurs vont toujours bon train. Depuis quelques temps, la famille Treville est venue emménager à Etcheverria, une propriété quasiment à l'abandon. On sait peu de choses d'eux sinon qu'ils sont très discrets.
"Ce premier coup d’œil, par-dessous mon canotier, fut distrait et rapide, et je replongeai dans mes pensées. Sauf que, presque immédiatement, mon regard fut de nouveau attiré."
Lors d'un après midi à révasser, Jean-Marc croise une ravissante jeune fille qui lui demande de l'aide : son frère est tombé en…

Heather, par dessus-tout, Matthew Weiner

Ed. Gallimard, novembre 2017, collection Du Monde Entier,  traduit de l'anglais (USA) par Céline Leroy, 144 pages, 14.50 €
Titre original : Heather, the totality


Le créateur de la série culte Mad Men raconte dans ce premier roman toute la difficulté de la parentalité masculine dans une Amérique où les rapports de classes se creusent inexorablement.

Depuis la naissance de leur fille Heather, la vie de Mark est un long combat silencieux pour préserver sa place au sein de la famille qu'il a fondée avec Karen. Pour cette dernière, Heather est devenue le centre de tout, au point de mettre de côté sa vie d'épouse.
"En fait, à la seconde où sa fille était née, Karen avait su qu'elle lui consacrerait tout son temps et toute son attention, et ce aussi longtemps qu'elle le pourrait". Elle veut être une mère parfaite, et à défaut d'avoir des amies, veut que les autres femmes à la sortie de l'école la ressentent comme telle. Chacun de leur côté, leur existence …