Le sermon sur la chute de Rome, Jérôme Ferrari


Ed Actes Sud (Babel), août 2013, 208 pages, 7.7 euros

 

"Ce que l'homme fait, l'homme le détruit" (Saint-Augustin)

                               Double découverte: celle d'un auteur jamais lu jusque là (à ma grande honte maintenant), celle d'un roman dont on loue depuis des semaines la qualité littéraire.
photo personnelle
Double difficulté: celle de se forger une opinion personnelle sans tenir compte de ce qu'on a pu lire ici ou là, celle d'écrire un énième billet sur le sujet.
Et pourtant....
Double bonheur de lecture: celui de lire des phrases amples, envoûtantes, rythmées par de multiples virgules sans pour autant sombrer dans les "phrases à rallonge"; celui de lire la grande originalité faite dans le parallèle entre les Sermon sur la chute de Rome de Saint Augustin prononcé en décembre 410, et le destin de deux amis, Libero et Matthieu, ayant repris un bar dans un village isolé de Corse.
"Matthieu et Libero étaient les seuls démiurges de ce petit monde. Le démiurge n'est pas le dieu créateur. Il ne sait même pas qu'il construit un monde, il fait une œuvre d'homme, pierre après pierre, et bientôt sa création lui échappe et le dépasse et s'il ne le détruit pas, c'est elle qui le détruit."
Ainsi, toute œuvre humaine, même florissante un jour, est appelée à s'effondrer du fait de l'influence de son créateur. Au départ, les deux amis, pourtant philosophes de formation, n'en ont pas conscience ou plutôt refusent de regarder les choses en face, mais peu à peu, les événements vont leur "exploser à la figure", mais trop tard...
Les meilleures intentions du monde ne suffisent pas, l'alcool, le sexe, le vol viennent gangréner le bar qui est devenu le lieu de rencontres entre touristes et habitants. Ainsi, le lecteur devient le témoin impuissant d' une chute annoncée par le Sermon de Saint Augustin et dont une phrase est rappelée au début de chaque chapitre. Il y a comme un air de fatalisme à l'ensemble..
Donc,sur les 647 romans de la littéraires, ce roman fait partie du top 5 sans hésitation.

Posts les plus consultés de ce blog

Le Gardien des choses perdues

Une Chance minuscule, Claudia Piñeiro

RUE DES ALBUMS (126) Le bain de Berk, Julien Béziat