La vie sexuelle des super-héros, Marco Mancassola

Ed. Folio Gallimard, traduit de l'anglais par Vincent Reynaud, mai 2012, 608 pages, 8.7 euros

La fin du mythe...

 

Pas d'exploits. Pas de répliques "qui tuent". Pas de costumes moulants ou alors bien cachés dans les placards. Mr Fantastic, Batman, Mystique et Superman sont redevenus Red Richards, Bruce Wayne, et Clark Kent.Ils ont rangé leurs costumes de super-héros pour revêtir ceux de scientifiques, chefs d'entreprise, ou vedette de télé. Tous semblent bien intégrés dans la société et ont laissé un souvenir positif à leurs contemporains. Seulement, ils ont aussi des failles, comme tous les êtres-humains, des obsessions et des tourments. Mr Fantastic, l'homme digne par excellence, très à cheval sur les valeurs, tombe amoureux d'une astronaute de vingt sept ans et sombre dans les affres de la passion et de la jalousie:"plus il mettait son tempérament dans son travail, plus le désir de se dépouiller de ce comportement, de s'annuler, de devenir un objet entre les mains de quelqu'un. Entre les mains d'Elaine."
 Batman, lui, est devenu "un démon lascif qui tente d'attirer le monde à lui en offrant le spectacle d'un monde encore jeune."
 Quant à Mystique, elle refuse son passé de super-héros et veut qu'on se souvienne d'elle comme une rebelle, une révolutionnaire, et pense que ces temps d'exploits "sont vraiment révolus". Mais en tuant un par un ces personnages, c'est un peu le mythe qu'on assassine, mais aussi une certaine image de la société. Alors l'inspecteur Dennis De Villa enquête et tente de comprendre.Lui n'a pas de super pouvoirs, mais son passé familial peut l'aider comme il peut le détruire...L'enquête n'est vraiment que le prétexte de ce roman fleuve. Fan de super-héros, vous conviendrez au fil des pages que le mythe s'effondre. La vie sexuelle de ces derniers ne fait que renforcer l'idée que finalement ils sont autant humains que nous. Avec une prose sans temps mort, l'auteur nous emmène dans le New-York contemporain, où la société vit avec des mutants à chaque coin de rue. Sous-jacent, on trouve une critique de la télé poubelle, de la jet-set, des médias...Mais de manière plus intime, ce roman est le récit de personnages à la gloire passée, terriblement malheureux et rattrapés par un monde et un fonctionnement de vie qui les dépassent.
"un démon lascif qui tente d'attirer le monde à lui en offrant le spectacle d'un monde encore jeune."

Posts les plus consultés de ce blog

Le Gardien des choses perdues

Une Chance minuscule, Claudia Piñeiro

RUE DES ALBUMS (126) Le bain de Berk, Julien Béziat