Accéder au contenu principal

La ruche, Arthur Loustalot

 Ed. JC Lattès, septembre 2013, 200 pages, 16 euros

 Huis clos

Un appartement dans lequel la lumière du jour n'entre qu'indirectement. Trois sœurs y vivent ou plutôt y sont recluses pour y surveiller leur mère en proie à des crises de folie. Le père, a depuis longtemps déserté les lieux, préférant rejoindre sa maîtresse.
Marion, Claire et Louise attendent, assises dans la cuisine, en fumant des cigarettes et en buvant. L'état de leur mère fait partie de leur quotidien depuis qu'elles sont en âge de comprendre. Maintenant qu'elles sont adultes, elles se refusent à la laisser seule, même si elles savent que ce n'est pas bon pour elles:
"Il y a plusieurs formes de violence, dit Claire en décapsulant une bière. La nôtre est invisible et détruit."
En effet, Alice (la maman) peut être charmante, attentionnée, puis tout à coup, tenter de mettre le feu aux meubles...Parfois, elle reproche à ses filles d'exister et de l'avoir empêcher de vivre sa vie de femme et s'épanouir, "de réécrire sa vie depuis le début".
Les trois sœurs font bloc. Elles sont unies. Leurs chambres sont des refuges, les portes des protections jusqu'au jour où Alice les défonce à coups de marteau. Elles ont conscience qu'elles sont arrivées au bout d'un processus, qu'elles ne peuvent plus la protéger contre elles-même. Tout simplement, elles veulent quitter l'appartement et vivre. Mais que deviendrait Alice sans elles?
Marion dit: "je sais qu'on a atteint nos limites", sa sœur ajoute "Je n'ai plus de haine, plus peur - j'ai simplement envie de dormir, longtemps, dans tout ça, presque de mourir, parce que ça me fait vriller la tête et parce que ça ne change rien: elle a gâché sa vie et nous a aimées à l'infini."
Simplement, une décision s'impose. Laquelle?

Arthur Loustalot a écrit un huis clos étrange où les personnages ne font que murmurer, boire et fumer. Seul le personnage d'Alice fait du bruit, incarnant l'hystérie. Les filles sont au bout du rouleau, de moins en moins enclins à supporter la folie rampante de leur mère, mais sont incapables aussi de prendre une décision. Dans cette famille, seul le père est parti, et on lui en veut d'avoir fui ce climat invivable alors qu'il en est en partie responsable.
"Vous êtes ce que j'aime le plus mais je n'ai plus rien et vous ne me suffisez pas", dit Alice à ses filles. Le climat devient de plus en plus étouffant; le lecteur sent que l'issue sera de toute façon funeste pour l'un ou l'autre camp, les filles se transformant au fur et à mesure en une seule entité.
On retient son souffle, on est le témoin impuissant de leur malheur, on avance dans la lecture, hypnotisé(e) par ce qui se trame dans cet appartement, tout en maudissant parfois une prose lourde, répétitive,tendant parfois vers la logorrhée comme pour occulter le drame qui se dresse.
La ruche, ce sont les filles qui parlent, au bout de la nuit, dans la cuisine; elles bourdonnent autour de la reine mère, corvéables à merci, impuissantes aussi.
Un roman étrange et hypnotique.

Posts les plus consultés de ce blog

Birthday Girl, Haruki Murakami

La nouvelle, parue une première fois en 2008 dans le recueil Saules aveugles, femme endormie (Belfond, traduction Hélène Morita) raconte l'étrange anniversaire de la narratrice, le jour de ses vingt ans.

Vingt ans, c'est un cap, c'est le basculement vers l'âge adulte, la fin de l'adolescence. La narratrice l'a bien compris, et pour éviter de trop penser, elle a décidé de faire de son jour d'anniversaire un jour comme les autres. Au lieu de prendre une journée de congé, elle préfère effectuer son travail de serveuse, comme les autres jours de l'année.
Dans le restaurant italien où elle travaille, elle fait maintenant partie des murs, et elle sait comment faire pour ne pas attirer les foudres de son patron. L'ambiance n'est pas des plus géniales, mais au moins on la laisse tranquille ; n'empêche il y flotte comme une atmosphère empreinte d'étrangeté, symbolisée par celle qui trône à la caisse :
"On murmurait qu'elle siégeait là san…

L'Eté de Katya, Trevanian

Récit d'un amour malheureux durant le dernier été avant la Grande Guerre, L'été de Katya est aussi un thriller psychologique qui amène inexorablement le lecteur vers un épilogue dramatique. Jean-Marc Montjean est revenu sur Salies, petit village du Pays Basque d'où il est originaire, après avoir fait ses armes à Paris en tant que médecin. Il assiste le docteur Gros, figure locale et coureur patenté. A Salies tout le monde se connaît, et les rumeurs vont toujours bon train. Depuis quelques temps, la famille Treville est venue emménager à Etcheverria, une propriété quasiment à l'abandon. On sait peu de choses d'eux sinon qu'ils sont très discrets.
"Ce premier coup d’œil, par-dessous mon canotier, fut distrait et rapide, et je replongeai dans mes pensées. Sauf que, presque immédiatement, mon regard fut de nouveau attiré."
Lors d'un après midi à révasser, Jean-Marc croise une ravissante jeune fille qui lui demande de l'aide : son frère est tombé en…

Heather, par dessus-tout, Matthew Weiner

Ed. Gallimard, novembre 2017, collection Du Monde Entier,  traduit de l'anglais (USA) par Céline Leroy, 144 pages, 14.50 €
Titre original : Heather, the totality


Le créateur de la série culte Mad Men raconte dans ce premier roman toute la difficulté de la parentalité masculine dans une Amérique où les rapports de classes se creusent inexorablement.

Depuis la naissance de leur fille Heather, la vie de Mark est un long combat silencieux pour préserver sa place au sein de la famille qu'il a fondée avec Karen. Pour cette dernière, Heather est devenue le centre de tout, au point de mettre de côté sa vie d'épouse.
"En fait, à la seconde où sa fille était née, Karen avait su qu'elle lui consacrerait tout son temps et toute son attention, et ce aussi longtemps qu'elle le pourrait". Elle veut être une mère parfaite, et à défaut d'avoir des amies, veut que les autres femmes à la sortie de l'école la ressentent comme telle. Chacun de leur côté, leur existence …