Accéder au contenu principal

Holden mon frère, Fanny Chiarello

  Ed. Ecole des Loisirs, mai 2012, 208 pages, 10.7 euros

Kevin découvre les livres...

 
"Il n'y a pas à dire, ici on me laisse tranquille. Ici, chez les Pouchin, c'est le royaume de la liberté individuelle: si je n'y étais pas, ce serait exactement pareil. A moins que je ne mette le feu aux HLM, ou que je ne lève la main sur les bigoudis de ma mère. Mais je suis un garçon discret, je n'ai pas l'étoffe d'un héros."
Kevin Pouchin, quinze ans, grandit dans une famille où la cohésion familiale est, disons, inexistante: le père disparaît parfois des semaines, et la mère ne sait pas parler sans crier et a la fâcheuse habitude de mettre dehors ses enfants pour avoir la paix; la fratrie, elle, se conforme à l'exemple parental, sauf la petite sœur qui, comme Kevin, se révèle un peu à part.
Pour notre "anti héros", entrer dans une bibliothèque révèle de l'exploit. Sauf que ce jour là, encore une fois mis dehors par sa mère hystérique, il faisait très froid et il fallait bien trouver un endroit où se réchauffer. Il se rend vite compte qu'à "la bibliothèque municipale, la faune est plus fréquentable et moins fournie". Bref, on le laisse en paix, même s'il fait semblant de lire, même si, au mieux, il se concentre sur un album des Schtroumpfs. Cependant, dans une famille où le lavage de la BM et le "gavage" à la téléréalité font office de référents, mieux vaut taire ce nouveau refuge de prédilection.
Or, Kevin n'y est pas seul; il y rencontre quotidiennement Laurie, l'intello de sa classe, mais aussi un drôle de personnage, Irène, une mamie qui manie aussi bien la canne que la langue française. Cette dernière le remarque et se met en tête de l'ouvrir à la littérature; ça tombe bien car, côté livres, Kevin est un ignorant. D'abord réticent, notre ado se prend au jeu, et découvre avec les aventures d'Holden (le héros de Salinger/l'attrape cœurs) la richesse des mots. Peu à peu, il prend confiance en lui, supporte Laurie, et s'ouvre à la littérature, sauf qu'un jour, sa famille le surprend à la bibliothèque...
"Rien ne peut me résister si je l'enveloppe de mots; ces mots que j'ai pris goût à enfiler me donnent un réel pouvoir, ils trouvent un écho dans le monde qui m'entoure."
Ce roman est un petit bijou de comédie (la famille Pouchin vaut le détour) et de justesse. L'accès au respect et à l'amitié se fait grâce à la littérature qui permet à un jeune de quinze ans, dont l'horizon était bouché jusque là, de s'ouvrir au monde extérieur et de percevoir d'autres possibilités d'avenir.
On se prend parfois à rire (l'épisode de la rédaction sur le grand père accordéoniste vaut le détour) et on se laisse emporter par un récit cohérent porté par des personnages vraisemblables. Tout le monde connaît "une famille Pouchin"; on est loin des clichés caricaturaux de la famille Tuche, et la fin, montre à quel point on peut se méprendre parfois sur les réactions des siens.
A partir de 12 ans.

Posts les plus consultés de ce blog

Birthday Girl, Haruki Murakami

La nouvelle, parue une première fois en 2008 dans le recueil Saules aveugles, femme endormie (Belfond, traduction Hélène Morita) raconte l'étrange anniversaire de la narratrice, le jour de ses vingt ans.

Vingt ans, c'est un cap, c'est le basculement vers l'âge adulte, la fin de l'adolescence. La narratrice l'a bien compris, et pour éviter de trop penser, elle a décidé de faire de son jour d'anniversaire un jour comme les autres. Au lieu de prendre une journée de congé, elle préfère effectuer son travail de serveuse, comme les autres jours de l'année.
Dans le restaurant italien où elle travaille, elle fait maintenant partie des murs, et elle sait comment faire pour ne pas attirer les foudres de son patron. L'ambiance n'est pas des plus géniales, mais au moins on la laisse tranquille ; n'empêche il y flotte comme une atmosphère empreinte d'étrangeté, symbolisée par celle qui trône à la caisse :
"On murmurait qu'elle siégeait là san…

L'Eté de Katya, Trevanian

Récit d'un amour malheureux durant le dernier été avant la Grande Guerre, L'été de Katya est aussi un thriller psychologique qui amène inexorablement le lecteur vers un épilogue dramatique. Jean-Marc Montjean est revenu sur Salies, petit village du Pays Basque d'où il est originaire, après avoir fait ses armes à Paris en tant que médecin. Il assiste le docteur Gros, figure locale et coureur patenté. A Salies tout le monde se connaît, et les rumeurs vont toujours bon train. Depuis quelques temps, la famille Treville est venue emménager à Etcheverria, une propriété quasiment à l'abandon. On sait peu de choses d'eux sinon qu'ils sont très discrets.
"Ce premier coup d’œil, par-dessous mon canotier, fut distrait et rapide, et je replongeai dans mes pensées. Sauf que, presque immédiatement, mon regard fut de nouveau attiré."
Lors d'un après midi à révasser, Jean-Marc croise une ravissante jeune fille qui lui demande de l'aide : son frère est tombé en…

Heather, par dessus-tout, Matthew Weiner

Ed. Gallimard, novembre 2017, collection Du Monde Entier,  traduit de l'anglais (USA) par Céline Leroy, 144 pages, 14.50 €
Titre original : Heather, the totality


Le créateur de la série culte Mad Men raconte dans ce premier roman toute la difficulté de la parentalité masculine dans une Amérique où les rapports de classes se creusent inexorablement.

Depuis la naissance de leur fille Heather, la vie de Mark est un long combat silencieux pour préserver sa place au sein de la famille qu'il a fondée avec Karen. Pour cette dernière, Heather est devenue le centre de tout, au point de mettre de côté sa vie d'épouse.
"En fait, à la seconde où sa fille était née, Karen avait su qu'elle lui consacrerait tout son temps et toute son attention, et ce aussi longtemps qu'elle le pourrait". Elle veut être une mère parfaite, et à défaut d'avoir des amies, veut que les autres femmes à la sortie de l'école la ressentent comme telle. Chacun de leur côté, leur existence …