F comme Ferdinand, Héléna Villovitch

Ed. Ecole des Loisirs,  collection Neuf, octobre 2013, 140 pages, 9 euros

Moukajou? C'est quoi?

 

Dans le monde de Ferdinand, le grand-père est jeune, la maîtresse s'appelle Madame Mouette, sa classe est spéciale, son meilleur copain Babouche à un syndrome de la Tourette détourné (il prononce une série de mots aléatoires au lieu de gros mots), et sa copine Gaufrette ne dit pas un mot.
Dans la tête de Ferdinand, c'est un peu le bazar: "une tempête explosait sous mon crâne", explique-t-il. En effet, il peu à la fois rêver en ayant l'impression d'être éveillé, vivre des aventures palpitantes à 15000 km de son lit, et ne plus faire la différence entre rêve et réalité:
"Rêve ou pas rêve? Je m'épuisais à comprendre le sens de ces allers retours".
Toujours est-il qu'un seul mot lui revient en boucle: Moukajou, au point qu'il se retrouve, avec ses deux amis, à devoir faire un exposé sur le sujet. Car Moukajou est une île de Micronésie ayant la forme "d'une patate ordinaire", célèbre pendant un temps pour ses réserves de phosphate, et sa cuisine. Oui, mais il y autre chose qui attire Ferdinand vers cette île, ou plutôt quelqu'un: sa mère...
Armé d'une étrange clé reçu par la poste, et de sa capacité d'imagination, Ferdinand, Gaufrette et Babouche se rendent sur Moukajou, le temps d'une nuit. Mais, si chaque problème a une solution, "lorsqu'on prend une décision, on ne peut jamais être tout à fait certain que l'on fait le bon choix."
Héléna Villovitch met en scène une bande de gosses "particuliers" et uniques à la fois, attachants et drôles. Au delà de la trame initiale, Elle fait réfléchir son personnage principal sur sa position au sein de sa famille, sa relation avec sa mère, sa capacité à rendre réel ses rêves. L'ensemble se lit facilement de bout en bout avec un rythme qui ne faiblit pas.
Bonne lecture à partir de 8 ans.