Accéder au contenu principal

Plus haut que les oiseaux, Eric Pessan

Ed Ecole des Loisirs, mars 2012, 116 pages, 8.7 euros

"Plus haut que le remords"


Se sentir " plus haut que les oiseaux ", c'est lorsque le narrateur se retrouve sur la terrasse panoramique de son immeuble, à une hauteur de plus de dix-huit étages, à un endroit où " le monde devient gigantesque " et l'immensité à portée de main. Or, c'est aussi et surtout un lieu interdit pour raison de sécurité. Grimper là, c'est " comme quitter la ville par une porte dérobée ", mais c'est surtout aller au devant de ses peurs. Certes, il y avait bien un cadenas à la porte de service, mais cela fait longtemps qu'il est hors d'usage. Certes, il y a bien des panneaux d'interdiction, mais quand on est jeune et légèrement inconscient (ou sur de soi) on lit sans comprendre... Alors, ce fameux 21 avril, lorsque les trois amis se dirigent vers la terrasse, ils ne savent pas que les canettes de bière abandonnées à cet endroit auront raison de leur tranquillité d'esprit. Dans son dernier roman, Eric Pessan a voulu s'attarder sur le remords et le sentiment de culpabilité chez l'adolescent. Tout comme le héros de Crime et Châtiment de Dostoievski, le narrateur doit vivre avec un sentiment de faute de plus en plus fort jusqu'à en devenir omniprésent. D'une bêtise due à un désœuvrement passager, on en arrive à de graves conséquences. Cependant, notre jeune héros n'est pas un gamin irresponsable et provocateur. Il se pose sans cesse les questions sur garder le silence ou pas, sur les raisons profondes de son geste qu'il croyait jusque là anodin, et se rend jusqu'au chevet de sa victime : " l'hôpital, j'y pense brusquement, il est bâti comme mon cerveau, je me perds dans ses couloirs comme je me perds dans ma culpabilité. " De ce travail sur soi, le narrateur en sortira meurtri mais grandi. Sa relation aux autres se modifiera, et, enfin, il prêtera attention aux interdits. Le " il est interdit d'interdire " est révolu, place à la responsabilité. Car, finalement, n'est-il pas plus facile de vivre la tête haute, qu'avoir " une vie au ras du sol ", les yeux constamment baissés ?

Posts les plus consultés de ce blog

Birthday Girl, Haruki Murakami

La nouvelle, parue une première fois en 2008 dans le recueil Saules aveugles, femme endormie (Belfond, traduction Hélène Morita) raconte l'étrange anniversaire de la narratrice, le jour de ses vingt ans.

Vingt ans, c'est un cap, c'est le basculement vers l'âge adulte, la fin de l'adolescence. La narratrice l'a bien compris, et pour éviter de trop penser, elle a décidé de faire de son jour d'anniversaire un jour comme les autres. Au lieu de prendre une journée de congé, elle préfère effectuer son travail de serveuse, comme les autres jours de l'année.
Dans le restaurant italien où elle travaille, elle fait maintenant partie des murs, et elle sait comment faire pour ne pas attirer les foudres de son patron. L'ambiance n'est pas des plus géniales, mais au moins on la laisse tranquille ; n'empêche il y flotte comme une atmosphère empreinte d'étrangeté, symbolisée par celle qui trône à la caisse :
"On murmurait qu'elle siégeait là san…

L'Eté de Katya, Trevanian

Récit d'un amour malheureux durant le dernier été avant la Grande Guerre, L'été de Katya est aussi un thriller psychologique qui amène inexorablement le lecteur vers un épilogue dramatique. Jean-Marc Montjean est revenu sur Salies, petit village du Pays Basque d'où il est originaire, après avoir fait ses armes à Paris en tant que médecin. Il assiste le docteur Gros, figure locale et coureur patenté. A Salies tout le monde se connaît, et les rumeurs vont toujours bon train. Depuis quelques temps, la famille Treville est venue emménager à Etcheverria, une propriété quasiment à l'abandon. On sait peu de choses d'eux sinon qu'ils sont très discrets.
"Ce premier coup d’œil, par-dessous mon canotier, fut distrait et rapide, et je replongeai dans mes pensées. Sauf que, presque immédiatement, mon regard fut de nouveau attiré."
Lors d'un après midi à révasser, Jean-Marc croise une ravissante jeune fille qui lui demande de l'aide : son frère est tombé en…

Heather, par dessus-tout, Matthew Weiner

Ed. Gallimard, novembre 2017, collection Du Monde Entier,  traduit de l'anglais (USA) par Céline Leroy, 144 pages, 14.50 €
Titre original : Heather, the totality


Le créateur de la série culte Mad Men raconte dans ce premier roman toute la difficulté de la parentalité masculine dans une Amérique où les rapports de classes se creusent inexorablement.

Depuis la naissance de leur fille Heather, la vie de Mark est un long combat silencieux pour préserver sa place au sein de la famille qu'il a fondée avec Karen. Pour cette dernière, Heather est devenue le centre de tout, au point de mettre de côté sa vie d'épouse.
"En fait, à la seconde où sa fille était née, Karen avait su qu'elle lui consacrerait tout son temps et toute son attention, et ce aussi longtemps qu'elle le pourrait". Elle veut être une mère parfaite, et à défaut d'avoir des amies, veut que les autres femmes à la sortie de l'école la ressentent comme telle. Chacun de leur côté, leur existence …