Accéder au contenu principal

Cristallisation secrète, Yôko Ogawa

 Ed Actes Sud (Babel), mars 2013, 368 pages, 8.7 euros

Sur une île perdue du Japon, les habitants vivent un bien curieux phénomène: au fil des jours et des saisons, les objets disparaissent à jamais, laissant "une cavité" dans leurs cœurs et leurs mémoires. La narratrice, écrivain, raconte cette vie de plus en plus vide. En fait, ce roman est une métaphore sur le totalitarisme et la perte. L'île possède sa "police secrète" avec "ses traqueurs de souvenirs" faisant la chasse à ceux qui refusent de perdre la mémoire des objets disparus. La narratrice, elle, ne lutte pas, trop perturbée par la perte de sa mère qui, elle, conservait tout ce qui devait disparaître. Pour elle, "les gens sont capables d'oublier facilement toutes sortes de choses. C'est comme si l'île ne pouvait flotter que sur une mer toute vide". Or, lorsqu'elle cachera son éditeur, R, traqué par la police secrète, elle sera confrontée à une lutte intense contre la perte du souvenir. R se refuse à oublier, "il lui reste des réminiscences comme des petites graines". Il explique que les objets ne changent pas, ce qui change seulement c'est le cœur de tous. Cependant, à ce rythme, comment survivre dans un monde à l'éternel hiver, triste comme un ciel gris? Doucement, avec une prose toute en finesse et douceur, Ogawa amène le lecteur vers l'inéluctable, si bien que la fin n'est que l'achèvement logique d'un processus commencé depuis longtemps. A travers ses personnages, elle dénonce la traque de ceux qui résistent et pensent autrement. Seulement, au bout d'un moment, cette autorité sera prise à son propre jeu. Subtilement, les pages du roman en cours de la narratrice viennent se mélanger à son histoire. Elle y parle aussi de perte et d'effacement, au point que le lecteur peut se demander s'il n'y a pas une part d'autofiction. Cette lecture m'a ravie pour l'étrangeté de son sujet d'une part, et pour le style de l'auteur d'autre part, qui réussit à donner de la vraisemblance à des situations complétement irréelles. La force de cet auteur, tout comme Murakami, est de savoir jouer subtilement entre la réalité et le fantastique afin d'aboutir à une prose hors du commun et enchanteresse. Je n'ai pas lu tous ses romans, mais à ce jour, c'est le plus beau et le plus abouti. Un vrai coup de cœur de lectrice.

Posts les plus consultés de ce blog

Birthday Girl, Haruki Murakami

La nouvelle, parue une première fois en 2008 dans le recueil Saules aveugles, femme endormie (Belfond, traduction Hélène Morita) raconte l'étrange anniversaire de la narratrice, le jour de ses vingt ans.

Vingt ans, c'est un cap, c'est le basculement vers l'âge adulte, la fin de l'adolescence. La narratrice l'a bien compris, et pour éviter de trop penser, elle a décidé de faire de son jour d'anniversaire un jour comme les autres. Au lieu de prendre une journée de congé, elle préfère effectuer son travail de serveuse, comme les autres jours de l'année.
Dans le restaurant italien où elle travaille, elle fait maintenant partie des murs, et elle sait comment faire pour ne pas attirer les foudres de son patron. L'ambiance n'est pas des plus géniales, mais au moins on la laisse tranquille ; n'empêche il y flotte comme une atmosphère empreinte d'étrangeté, symbolisée par celle qui trône à la caisse :
"On murmurait qu'elle siégeait là san…

L'Eté de Katya, Trevanian

Récit d'un amour malheureux durant le dernier été avant la Grande Guerre, L'été de Katya est aussi un thriller psychologique qui amène inexorablement le lecteur vers un épilogue dramatique. Jean-Marc Montjean est revenu sur Salies, petit village du Pays Basque d'où il est originaire, après avoir fait ses armes à Paris en tant que médecin. Il assiste le docteur Gros, figure locale et coureur patenté. A Salies tout le monde se connaît, et les rumeurs vont toujours bon train. Depuis quelques temps, la famille Treville est venue emménager à Etcheverria, une propriété quasiment à l'abandon. On sait peu de choses d'eux sinon qu'ils sont très discrets.
"Ce premier coup d’œil, par-dessous mon canotier, fut distrait et rapide, et je replongeai dans mes pensées. Sauf que, presque immédiatement, mon regard fut de nouveau attiré."
Lors d'un après midi à révasser, Jean-Marc croise une ravissante jeune fille qui lui demande de l'aide : son frère est tombé en…

Heather, par dessus-tout, Matthew Weiner

Ed. Gallimard, novembre 2017, collection Du Monde Entier,  traduit de l'anglais (USA) par Céline Leroy, 144 pages, 14.50 €
Titre original : Heather, the totality


Le créateur de la série culte Mad Men raconte dans ce premier roman toute la difficulté de la parentalité masculine dans une Amérique où les rapports de classes se creusent inexorablement.

Depuis la naissance de leur fille Heather, la vie de Mark est un long combat silencieux pour préserver sa place au sein de la famille qu'il a fondée avec Karen. Pour cette dernière, Heather est devenue le centre de tout, au point de mettre de côté sa vie d'épouse.
"En fait, à la seconde où sa fille était née, Karen avait su qu'elle lui consacrerait tout son temps et toute son attention, et ce aussi longtemps qu'elle le pourrait". Elle veut être une mère parfaite, et à défaut d'avoir des amies, veut que les autres femmes à la sortie de l'école la ressentent comme telle. Chacun de leur côté, leur existence …